A la une Reprise économique post-pandémie de l'Afrique : l'Algérie parmi les...

Reprise économique post-pandémie de l’Afrique : l’Algérie parmi les pays à risque élevé

-

L’Africa Risk-Reward Index 2020 a été dévoilé aujourd’hui mardi 15 septembre. Et cet important indice a révélé que la reprise post-pandémie de l’Afrique sera probablement longue et irrégulière même si elle pourrait aussi être transformatrice. Ceci dit, l’Algérie fait partie, malheureusement, parmi les pays africains à risque élevé. 

La situation n’est pas très difficile en Algérie en raison uniquement des conséquences de la pandémie du coronavirus COVID-19, mais surtout à cause de l’instabilité politique interne qui dure depuis le début de l’année 2019 avec l’enclenchement du Hirak et le désir profond de changement exprimé par les Algériens à l’encontre d’un système politique archaïque.

A cette dimension politique, il faut rajouter aussi la forte dépendance de l’Algérie vis-à-vis des hydrocarbures. Ce qui rend l’économie algérienne particulièrement fragile face aux chocs extérieurs. C’est pour cette raison que l’Africa Risk-Reward Index 2020 a attribué à l’Algérie un score élevé en matière de risque économique et politique. Il s’agit d’un score de 5.81 sur 10 alors qu’en septembre 2019, ce score était de 6.14 sur 10. Une légère amélioration a été accordée à l’Algérie en raison de l’accalmie des manifestations populaires contre le régime algérien. Une accalmie provoquée par la crise sanitaire du coronavirus COVID-19.

Cependant, l’Algérie demeure tout de même parmi les pays à risque élevé face aux chamboulements économiques, sanitaires et politiques. A titre de comparaison, l’Egypte a une note beaucoup plus avantageuse que celle de l’Algérie puisqu’elle récole 5.73. Nos voisins marocains s’en sortent très bien exactement avec un score de 4.06 et la Tunisie récolte une note de 5.43 malgré son endettement extérieur élevé. En réalité, le Maroc, la Tunisie et l’Egypte s’en sortent beaucoup mieux parce qu’ils sont des pays beaucoup plus stables où les réformes économiques sont également mieux préparées et avec un fort impact sur le quotidien des populations.

Les pays pétroliers et rentiers comme l’Algérie se distinguent aussi par un score de risque plus élevé. Le Nigeria avec une note de 7.35 et l’Angola avec une note de 6.13 sur 10, les deux autres importants producteurs de pétrole en Afrique, illustrent parfaitement cette fragilité des pays africains qui ne sont pas diversifiés économiquement face aux évènements troublants du monde d’aujourd’hui.

Il est à noter que cet indice a été élaboré par Control Risks, cabinet de conseil spécialisé dans la gestion des risques, et NKC African Economics, cabinet international de conseil indépendant et la filiale d’Oxford Economics spécialisée dans les questions africaines. Ces trois organismes ont publié aujourd’hui mardi  la cinquième édition de l’Africa Risk-Reward Index.

L’indice offre un aperçu comparatif des opportunités et des risques du marché sur l’ensemble du continent. Il fournit une perspective fiable à long terme des principales tendances qui caractérisent l’écosystème des investissements dans les principales économies africaines, et pourrait étayer les stratégies des organisations désireuses d’investir ou de développer leurs activités en Afrique. Les investisseurs recherchant à minimiser les risques et à maximiser les bénéfices sont invités à ne pas se focaliser sur les gros titres, mais plutôt à comprendre les contextes spécifiques aux pays, secteurs et projets qui les concernent.

La pandémie de COVID-19 a sans aucun doute affecté l’amélioration générale des scores de risque et de performance observés sur le continent africain ces dernières années, mais cela ne doit pas décourager les investisseurs. Le relèvement de l’Afrique pourrait être long et irrégulier, mais il pourrait aussi avoir un effet transformateur.

L’énorme coût économique de la pandémie a provoqué une baisse universelle de nos scores de performance, mais l’impact sur les scores de risque s’est avéré plus hétérogène. L’Ethiopie a connu les plus fortes baisses de notation car les problématiques induites par la COVID-19 s’ajoutent à l’escalade des tensions ethniques dans le contexte d’une élection repoussée. La note de risque de l’Égypte est restée relativement stable, mais sa note de performance a été durement touchée par le triple coup de la pandémie, de la faiblesse des prix du pétrole et de la chute des revenus du tourisme. Le score de risque de l’Algérie a progressé depuis les manifestations de masse et les élections historiques de 2019, mais les défis pour son économie, dépendante du pétrole, ont encore fait baisser son score global.

« La pandémie de COVID-19 est une crise mondiale, mais la reprise sera plus lente et irrégulière sur le continent », prévient Barnaby Fletcher, directeur associé de Control Risks. « Toutefois, cette reprise permettra aux gouvernements à travers le continent de s’attaquer aux contraintes structurelles et de promouvoir de nouvelles stratégies. Nous observons déjà des progrès en ce sens, et pour les investisseurs, cela implique des opportunités intéressantes ».

Cette édition 2020 de l’Africa Risk-Reward Index analyse les implications à long terme de la COVID-19 en Afrique. Le premier article examine l’impact à plus long terme de la COVID-19 et envisage le contexte post-pandémique, tandis que le second explore le rôle que les technologies africaines peuvent jouer dans la redynamisation des industries plus traditionnelles. Le dernier article couvre les tentatives croissantes des acteurs internationaux et nationaux pour instrumentaliser le débat public en Afrique par des opérations d’influence et des campagnes de désinformation, et les risques qu’elles font courir aux entreprises commerciales.

À propos de Control Risks :

Control Risks (www.ControlRisks.com) est un cabinet de conseil spécialisé dans la gestion des risques qui aide à créer des organisations sécurisées, conformes et résilientes. Selon nous, il est essentiel de prendre des risques pour réussir, c’est pourquoi nous vous fournissons les renseignements et connaissances dont vous avez besoin pour saisir des opportunités et vous développer. Du conseil d’administration aux sites les plus reculés, nous coupons court aux rumeurs et à au sensationnalisme pour vous donner des conseils fiables au moment où vous en avez le plus besoin. Nous accompagnons nos clients depuis 40 ans en Afrique et disposons aujourd’hui de huit bureaux répartis dans cinq pays du continent, ainsi que d’un réseau inégalé de consultants intégrés et de collaborateurs sur le terrain. Nous travaillons avec les principaux investisseurs et les plus grandes entreprises d’Afrique pour couvrir des secteurs tels que l’exploitation minière, l’énergie, les médias ou encore les télécommunications.

À propos de NKC African Economics et d’Oxford Economics :

Basé en Afrique du Sud, NKC African Economics (www.AfricanEconomics.com) est spécialisé dans la recherche macroéconomique en Afrique depuis 2003. Nos perspectives sont définies sur la base d’une connaissance approfondie du continent africain, son histoire et le cadre politique et économique unique de chaque pays. En 2015, nous avons rejoint le groupe Oxford Economics, afin de créer une synergie entre la portée mondiale et l’expertise technique inégalées d’Oxford Economics en matière de modélisation et nos compétences et connaissances spécifiques à l’Afrique.

Oxford Economics (www.OxfordEconomics.com) est un leader dans le domaine des prévisions mondiales et de l’analyse quantitative. Notre clientèle mondiale comprend plus de 1 500 sociétés internationales, institutions financières, organisations gouvernementales et universités. Basé à Oxford, avec des bureaux dans le monde entier, Oxford Economics emploie 400 personnes, dont 250 économistes et analystes. Les meilleurs modèles économiques et industriels mondiaux et les outils d’analyse du groupe nous donnent une capacité inégalée pour anticiper les tendances des marchés extérieurs et évaluer leur impact économique, social et commercial.

À propos de Control Risks et Oxford Economics :

Control Risks et Oxford Economics se sont associés pour fournir un service prévisionnel innovant des risques politiques et économiques et donner une vision holistique des risques dans un monde complexe, globalisé et en constante évolution. Control Risks et Oxford Economics combinent une vaste expertise géopolitique, opérationnelle et sécuritaire avec des prévisions et des modèles économiques rigoureux sur 200 pays et 100 industries. Ensemble, nous offrons une gamme complète de services-conseils qui permettent à votre organisation de naviguer dans le monde du risque politique et économique. Couvrant tous les aspects du parcours d’investissement, y compris les risques liés à la sécurité et à l’intégrité, notre méthodologie commune est en mesure de superposer des scénarios géopolitiques et économiques afin de vous apporter de nouvelles perspectives et orientations.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

DOCUMENTS EXCLUSIFS – Des Millions de Dollars de Commissions Détournés Par des Militaires Algériens !

Pierre DEMERS est un ingénieur canadien qui a travaillé de nombreuses années en Algérie entre les années 90 et...

Le choix dangereux du régime algérien : la dévaluation du dinar pour récupérer plus de 7 milliards d’euros et combler le déficit

Le régime algérien a fait un choix économique très controversé et risqué. Pour ne pas dire dangereux. Ce choix...

COVID-19. Les 11 wilayas les plus “contaminées” en Algérie

En Algérie, au moins 11 wilayas souffrent particulièrement beaucoup d'un important taux de contagion de l'épidémie de la COVID-19....

Documents exclusifs. Algérie Part prouve les mécanismes de l’évasion fiscale ayant fait la fortune de l’oligarque Abdelmalek Sahraoui

Algérie Part a obtenu de nouveaux documents exclusifs au cours de ses investigations qui démontrent l'ampleur machiavélique des mécanismes...

Pourquoi l’Algérie fait partie des 52 pays qui souffrent le plus de la mauvaise gouvernance dans le monde

Le Legatum Institute, un think-thank indépendant basé à Londres et financé par le fonds international d’investissement Legatum basé à...

L’Algérie, troisième pays le plus intolérant au monde et 25e pays le plus autoritaire sur la planète

Le Legatum Institute, un think-thank indépendant basé à Londres et financé par le fonds international d’investissement Legatum basé à...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you