Rachid Nekkaz : de « la Qatar Connection » aux défaites...
Array

Rachid Nekkaz : de « la Qatar Connection » aux défaites judiciaires

-

Après une accalmie provoquée suite à ses défaites humiliantes devant les tribunaux français dans les procès  qui l’opposaient au fils du PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, Rachid Nekkaz est de retour sur la scène contestataire. Un retour qui coïncide étrangement avec la brûlante actualité politique algérienne. 

Un retour marqué par son arrestation par la police française ce lundi lorsqu’il tentait de quitter le territoire français. Comme à son habitude, Rachid Nekkaz ne dévoile jamais les « motifs légaux » de ces interpellations. Il joue toujours le show de la « victimisation » en faisant valoir un soi-disant statut d’homme qui lutte pour la liberté. Si Rachid Nekkaz aime la liberté, il n’aime pas du tout la vérité. L’opposant sincère omet toujours de dire à ses fans que le Tribunal de Grande Instance de Nanterre (Paris) a prononcé plusieurs astreintes à son encontre.

D’abord, Rachid Nekkaz a été condamné  à verser la somme de 86.000 euros au fils du PDG de Sonatrach.  Le même tribunal a également demandé à Rachid Nekkaz de verser au profit de la même victime et son épouse « la somme de 5 000 euros au titre de l’article 700 du code de procédure civile” sans oublier “une provision de 10 000 euros en réparation du préjudice moral subi du fait de l’atteinte portée à leur vie privée ».

Selon nos investigations, Rachid Nekkaz n’a versé aucun centime au titre de ses réparations exigées par la justice française. Cet homme qui prétend se battre pour la justice, il est finalement le premier qui la…piétine ! Il faut savoir que l’astreinte est un moyen de pression. Comme elle est généralement très importante, la partie a intérêt à obéir aux décisions et interdictions prises par le juge. Et tant que ces décisions ne sont pas respectées, comme c’est dans le cas de Rachid Nekkaz, la justice peut prononcer des décisions plus sévères comme une interdiction de quitter le territoire français.

Mais naturellement, Rachid Nekkaz n’expliquera jamais cette réalité aux Algériens auquel il veut servir un discours enchanteur fondé sur les promesses de démocratie. Des promesses façonnées dans « un laboratoire » des plus mystérieux. Nous avons, effectivement, constaté au cours de nos investigations que le parcours et périple de Rachid Nekkaz contiennent des zones d’ombre. L’homme se dit fortuné, mais n’a jamais d’argent pour payer les amendes que la justice française lui demande de payer. L’homme se dit homme d’affaires, mais il ne montre jamais la moindre de ses activités de business. Un homme d’affaires quotidiennement et éternellement en « live » sur Facebook, un mode de vie bien étrange digne des princes… des pays du Golfe ! C’est justement dans cette région du monde que se trouve un petit pays que le sieur Rachid Nekkaz affectionne secrètement. Il s’agit bel et bien du Qatar. Selon nos investigations, l’opposant qui voulait devenir Président de la République en France avant de se rabattre-faute d’un plan de carrière motivant-sur l’Algérie, serait en contact permanent avec des cercles idéologiques et financiers basés à Doha.

L’opposant déterminé aurait même bénéficié de plusieurs financements secrets en provenance de Doha pour mettre en pratique son programme de militantisme très suspect aux visées indéterminées. Il demeure, pour le moment, difficile de confirmer ces informations. Mais il s’avère étrange que Rachid Nekkaz défend ardemment les idées et combats les plus proches des intérêts de la diplomatie qatarie : les femmes portant le niqab, le maître-penseur de l’idéologie des frères musulmans, Tariq Ramadan, etc., l’ensemble des actions menées par Rachid Nekkaz reflètent une certaine harmonie avec les intérêts du petit Qatar. Les interrogations ne s’arrêtent pas-là. Mais Algérie Part refuse de s’engager dans des conjectures hasardeuses. Et c’est pour cette raison que nous poursuivons nos investigations sur ce drôle de personnage politique….

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Exclusif. 96 magistrats traduits devant le Conseil de discipline en janvier une centaine au mois de maris dont des juges solidaires avec le Hirak

Pas moins de 96 magistrats ont été traduits au mois de janvier passé par le ministère de la Justice...

La principale leçon du Hirak : la justice algérienne, le chantier prioritaire et urgent sans lequel le changement est impossible

Une année. Les Algériens, et les Algériennes, s’apprêtent à célébrer l’an I du Hirak, cette belle et émouvante révolte...

Les forces de sécurité chassent les stewards et les hôtesses de l’aéroport d’Alger : vers l’organisation d’une marche des PNC à la Place Audin

La situation ne se cesse de se compliquer à Air Algérie. Le conflit opposant les PNC, stewards et hôtesses...

Documents exclusifs. Ces affaires pour lesquelles la justice algérienne a convoqué le DG du FNI et l’a placé sous contrôle judiciaire

La justice algérienne ouvre enfin le dossier du Fonds National d'Investissement (FNI), la plus importante et stratégique institution financière...

Pertes financières, grèves, paralysie : Qu’attend Tebboune pour intervenir dans le dossier d’Air Algérie ?

De jour en jour, Air Algérie s’enfonce dans le chaos. Pour le quatrième jour consécutif, les stewards et hôtesses...

Manifestations devant les consulats algériens contre le scrutin présidentiel du 12 décembre dernier : les graves accusations de Tebboune contre la Police française

Abdelmadjid Tebboune a lancé de graves accusations contre la police française dans les colonnes du quotidien français Le Figaro...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you