A la une Les scandales de corruption empêchent l'Algérie de présider une...

Les scandales de corruption empêchent l’Algérie de présider une commission importante de l’ONU

-

Depuis le 21 janvier dernier, c’est l’Algérie qui avait été désignée pour présider les travaux de La Conférence du Désarmement de l’Organisation des Nations Unies à Genève. C’est le représentant permanent de l’Algérie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Rachid Belbaki, qui avait l’honneur de présider pour l’année 2020 cette commission stratégique de l’ONU. La Commission du désarmement a été créée en 1952, dans le cadre du Conseil de sécurité, par la résolution 502 (VI) de l’Assemblée générale et chargée des questions de désarmement. 

Elle a été créée en tant qu’organe délibérant chargé d’examiner les diverses questions de désarmement et de suivre l’application des décisions et recommandations pertinentes adoptées à la session extraordinaire. Elle présente un rapport annuel à l’Assemblée générale.

L’Algérie devait assurer la Présidence de la Session de 2020 de cette Commission onusienne. Notre pays signait ainsi son grand retour sur la scène diplomatique mondiale en présidant une importante commission de l’ONU à Genève. Malheureusement, les scandales de corruption en Algérie ont totalement gâché cette victoire diplomatique. Et pour cause, Rachid Belkbaki a été rappelé en Algérie pour être auditionné par la brigade de recherches de Bab Jedid dans le cadre d’un dossier de corruption impliquant notamment Rebbouh Haddad, le frère du milliardaire et ancien patron du patronat algérien, le FCE, Ali Haddad.

Il faut savoir que Rachid Belbaki avait été nommé Consul Général à Lille en avril 2016 puis promu en Octobre 2019 Ambassadeur d’Algérie auprès de l’ONU à Genève. Avant cela, ce diplomate avait occupé la fonction de Directeur des Finances au Ministère des Affaires Etrangères et Chef de Cabinet de Halim Benatallah, l’ancien Secrétaire d’État chargé des Communautés Nationales établies à l’étranger de mai 2010 à septembre 2013.

Au mois de Mars 2020, ce représentant permanent de l’Algérie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève a été contraint de quitter ses fonctions et de revenir en Algérie pour être entendu par la gendarmerie nationale en attendant la programmation de son procès.

Cet ami de Rebouh Haddad, ex-dirigeant du club de football de l’USMA et frère de l’ancien président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) Ali Haddad, aurait, selon plusieurs sources concordantes, ouvert des comptes bancaires au nom de Rebouh dans la capitale des Hauts-de-France, et aurait passé de l’argent clandestinement à partir d’Alger en empruntant la valise diplomatique ! Il s’agit d’un énorme scandale qui est en train d’ébranler la diplomatie algérienne.

Depuis son rappel à Alger, Rachid Belbaki n’a été remplacé dans ses fonctions auprès de l’ONU à Genève. Le poste est resté donc vacant depuis le mois mars dernier. Pour l’ONU, il s’agit d’un véritable “affront”, nous apprend une source diplomatique onusienne basée à Genève. L’Algérie a fait preuve d’un laisser-aller et d’un irrespect affligeant à l’égard de l’ONU en laissant le poste de l’ambassadeur, Représentant permanent de l’Algérie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, vacant et abandonné pendant près de 3 mois ! Du jamais vu encore dans les annales de la diplomatie mondiale.

En désertant le terrain diplomatique, l’Algérie a offert une opportunité en or à ses adversaires et ses concurrents. Le Maroc, à titre d’exemple, critique sévèrement la désignation de l’Algérie à la tête de la Commission du désarmement de l’ONU et réclame depuis plusieurs jours son éjection. Et pour cause, cette Commission est totalement paralysée en ce moment en l’absence de son président, l’ambassadeur algérien qui est rappelé à Alger en raison de son implication dans un scandale de corruption. L’Algérie a donc saboté en quelques sortes les travaux de cette commission onusienne avec son manque de sérieux dans la conduite de la session 2020. Il s’agit d’une affaire qui porte un grave préjudice au rayonnement diplomatique de notre pays.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Le coronavirus COVID-19 provoque la panique au tribunal de Sidi M’hamed à Alger

Enorme panique ce jeudi matin au tribunal de Sidi M'hamed à Alger lors du procès du milliardaire Mahieddine Tahkout,...

Biskra, Sétif, El-Oued : ces régions en Algérie où la pandémie est en train “d’exploser”

Les dernières chiffres officiels viennent de tomber. Le ministère de la Santé a dévoilé ce jeudi que 460 nouveaux cas...

Comment les chiffres officiels mensongers ont aggravé la propagation de la pandémie du COVID-19 en Algérie

Depuis le début de la crise sanitaire du COVID-19 en Algérie, le ministère de la Santé a donné des...

Une augmentation de 189 % des nouveaux cas contaminés en deux semaines : l’Algérie parmi les foyers dangereux du COVID-19 dans le monde

L'Algérie est en train de payer cash son insouciance et indifférence face à la pandémie du COVID-19. Après avoir...

Un acte de sabotage a privé les patients COVID-19 de l’oxygène à Biskra : les graves révélations des autorités algériennes

La pénurie de l'oxygène médical qui est à l'origine des décès de plusieurs personnes souffrant du COVID-19 à Biskra...

Document exclusif. L’Algérie se lance tardivement dans les enquêtes épidémiologiques sur l’entourage des patients du COVID-19

Il aura fallu que la situation sanitaire frôle la catastrophe pour que l'Algérie réagisse enfin. Les autorités sanitaires algériennes...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you