Le juge en charge de l'affaire de la cocaïne...
Array

Le juge en charge de l’affaire de la cocaïne du Port d’Oran auditionné par la Cour Suprême

-

L’enquête sur le trafic d’influence de Tayeb Louh, l’ex-ministre de la Justice et pilier du régime vermoulu de Bouteflika, risque d’ébranler plusieurs juges et magistrats. C’est le cas du juge d’instruction Sid Ahmed Samaoune de la 9e chambre du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’hamed à Alger. C’est ce juge qui est en charge du scandale de la cocaïne du port d’Oran, l’un des plus gros scandales de l’histoire contemporaine de l’Algérie. 

Selon nos investigations, ce juge a été auditionné samedi dernier par des enquêteurs de la Cour Suprême à propos de son rôle dans le réseau d’influence de Tayeb Louh qui avait instrumentalisé la justice algérienne pour ses propres intérêts politiques et les intérêts du pouvoir des Bouteflika. Le juge Sid Ahmed Samaoune a été propulsé au devant de la scène lors de l’affaire de la cocaïne alors qu’il n’avait aucune expérience particulière et un parcours d’excellence, deux atouts nécessaires pour traiter et résoudre ce gros scandale.

En réalité, le juge Sid Ahmed Samaoune a bénéficié d’une promotion offerte gracieusement par Tayeb Louh pour la simple raison que le papa, avocat dans la wilaya de Tlemcen, de ce magistrat est l’ami intime de l’ex-ministre. Et Tayeb Louh a placé ce juge inexpérimenté au tribunal de Sidi M’hamed pour s’occuper spécialement du dossier de l’affaire de la cocaine, le scandale le plus dérangeant pour le régime algérien.

De ce fait, le juge Sid Ahmed Samaoune faisait preuve d’une allégeance troublante allant jusqu’à divulguer tous les secrets de l’instruction à Tayeb Louh qui jouait avec ces informations sulfureuses dans ces jeux de pouvoir lui qui ambitionnait de se présenter comme l’un des successeurs d’Abdelaziz Bouteflika. Des P.V truqués, des audition bâclées, des témoins épargnés, des hauts responsables protégés, d’autres ciblés pour des calculs de vengeance, le dossier de la cocaïne du port d’Oran a été ainsi saboté par un juge obséquieux au service de son promoteur Tayeb Louh au détriment du principe sacré de l’indépendance de la Justice et de la défense de son intégrité morale.

La Cour Suprême n’a pris aucune mesure disciplinaire à l’encontre du juge Sid Ahmed Samaoune. Mais ce dernier sera rappelé dans les jours à venir pour d’autres auditions et interrogatoires. Il risque ainsi une inculpation officielle dans le cadre des poursuites enclenchées contre Tayeb Louh et son réseau de magistrats affairistes poursuivis pour abus de fonction.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Correctif. Le pharmacien de Mostaganem n’était pas en confinement depuis son retour d’Alicante en Espagne

Algérie Part a appris de nouvelles informations sur le cas du pharmacien Belkacem Kaddour Bencherif et tient également à...

Panique à Mostaganem : un pharmacien mort de l’infection au COVI-19 soupçonné d’avoir contaminé de nombreuses personnes

Ce samedi 28 mars, le ministère de la Santé algérien a déclaré qu’un jeune homme de 45 ans de...

Karim Tabbou, Khaled Drareni et les autres détenus d’opinion : des organisations françaises et algériennes interpellent l’ambassadeur d’Algérie à Paris

À Monsieur Salah LEBDIOUI, Ambassadeur de la République Algérienne Démocratique et Populaire en France,50, rue de Lisbonne 75008 Paris [email protected]

Algérie : la pandémie du coronavirus commence à faire des victimes au sein des familles des premiers cas confirmés

En Algérie, la pandémie du nouveau coronavirus COVID-19 commence à faire des dégâts au sein des familles des premiers...

Document. Grave négligence du ministère de la Santé algérien : aucune limitation aux enterrements des morts de la pandémie du coronavirus

Encore une autre négligence du ministère de la Santé en Algérie. Ce département ministériel qui est censé veiller sur...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you