A la une L'Algérie fait partie des 5 pays africains dont le...

L’Algérie fait partie des 5 pays africains dont le taux de mortalité est supérieur à la moyenne mondiale

-

Un autre indicateur témoigne de l’ampleur inquiétante de la pandémie du COVID-19 en Algérie. En effet, l’Algérie fait partie des cinq pays africains dont les taux de mortalité sont comparables ou supérieurs à la moyenne mondiale la plus récente de 5 % de décès dus à des cas confirmés. Ces cinq pays sont : 

  • Tchad (8,5 %)
  • Algérie (6,6 %)
  • Niger (6,2 %)
  • Burkina Faso (5,5 %)
  • Mali (5,3 %)

Dans une déclaration à BBC Afrique,  Githinji Gitahi, le directeur d’Amref Health Africa, une ONG spécialisée dans les questions de santé, a affirmé que les taux plus élevés pourraient indiquer des niveaux d’infection beaucoup plus élevés que ceux qui sont enregistrés, mais que cela pourrait également être le résultat de niveaux de dépistage relativement faibles. Moins on effectue de tests, moins on trouve de cas confirmés, et donc le nombre de décès semble relativement élevé.

Il n’en demeure pas moins que ce taux de mortalité élevé en Algérie explique la fragilité de la situation sanitaire de notre pays qui ne cesse de se détériorer. L’Algérie figure d’ailleurs parmi les 10 pays qui représentent plus de 80 % de tous les cas signalés sur le continent africain. En revanche, l’Algérie ne fait pas du tout partie des pays africains ayant pu développer une politique de dépistage sérieuse et efficace. Preuve en est, dix pays représentent environ 80 % du total des tests effectués sur le continent africain : l’Afrique du Sud, le Maroc, le Ghana, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Ouganda, l’île Maurice, le Kenya, le Nigeria et le Rwanda. L’Algérie n’a pas sa place dans ce classement. Ce qui est dramatique et très alarmant. Pourquoi ?

Parce que sans des tests de dépistage PCR en nombre important, il est impossible de savoir exactement ce qui se passe sur le plan sanitaire notamment en raison d’un manque de données ou de données incomplètes. “Nous devons prendre les chiffres avec une pincée de sel”, a résumé à ce sujet dans une une déclaration à BBC Afrique, Chiedo Nwankwor, professeur d’affaires africaines à l’université Johns Hopkins aux États-Unis. L’éminent professeur se prononçait sur la situation des pays africains qui affrontent la pandémie du COVID-19 sans aucune capacité de dépistage digne de ce nom. Ce qui est, malheureusement, le cas de l’Algérie !

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Après l’Union Européenne, la Suisse ferme ses frontières aux Algériens

Nouveau coup dur pour l'Algérie. Les autorités suisses viennent de fermer les frontières de la Suisse aux voyageurs algériens....

Confidentiel. Aroua Abdelmalek, le gendre de Gaid Salah, quitte son poste à Paris pour rentrer en Algérie

Aroua Abdelmalek, le gendre du défunt Chef d'Etat-Major de l'armée algérienne Ahmed Gaid Salah, a quitté son poste au...

Exclusif. Le PDG de Sonatrach écarté de la commission de travail sur l’élaboration des textes de la Nouvelle loi sur les Hydrocarbures

Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a été brutalement écarté de la commission de travail mise en place par...

Après les graves révélations de Hamel, la justice algérienne n’a pas bougé le petit doigt !

L'ancien patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, a fait de graves révélations sur un large réseau mafieux de trafic...

L’ombre du clan de Houda Feraoun plane sur la crise des liquidités en Algérie

Houda-Imane Faraoun a quitté officiellement le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication...

Confidentiel. Les manoeuvres indélicates de Belhimer contre son collègue Ferhat Ait Ali

"La nouvelle Algérie" n'est en aucun cas différente  de l'ancienne Algérie. Et pour cause, les luttes de clans sont...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you