A la une L'Algérie a dépensé beaucoup moins que la Tunisie et...

L’Algérie a dépensé beaucoup moins que la Tunisie et le Maroc pour la lutte contre le COVID-19

-

Etrange et intriguant. Sur le papier, l’Algérie prétend être un pays beaucoup plus solide financière et riche que ses voisins le Maroc et la Tunisie. Mais dans la réalité, ses dépenses sont nettement inférieurs à ses voisins lorsqu’il s’agit de lutter contre des problèmes majeurs menaçant l’intégrité et la stabilité du pays. Preuve en est, dans la lutte contre la pandémie du COVID-19 qui menace la santé publique et expose la vie des algériens à tous les dangers, les autorités algériennes ont beaucoup moins dépensés que la Tunisie et le Maroc ! 

Ainsi, l’Algérie a officiellement  dépensé seulement 510 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie du COVID-19. C’est le ministre algérien des finances qui l’a affirmé hier samedi publiquement lors de la rencontre du Premier ministre avec les partenaires sociaux et les opérateurs économiques, visant la mise en place d’une commission de sauvegarde chargée d’évaluer les incidences causées par la pandémie du nouveau Coronavirus. Un montant de 65,53 milliards de Da, à savoir environ 510 millions de dollars, a été consacré à la lutte contre la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19) en Algérie, a annoncé, samedi à Alger, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane.

D’après les explications du même ministre, ce montant englobait 12,85 mds de Da affectés à l’acquisition des moyens de protection, dont 12,64 mds de Da destinés au ministère de la Santé. Cela signifie que l’Algérie a dépensé environ 100 millions de dollars pour acquérir des produits pharmaceutiques nécessaires à la lutte contre le COVID-19.

Le montant englobe également 24,39 mds de Da, soit l’équivalent de 190 millions de dollars affectés aux indemnités exceptionnelles au profit des agents de l’Etat, dans l’objectif d’encourager les personnels mobilisés dans le cadre de la lutte contre la pandémie, notamment dans le secteur de la Santé. Le personnel du secteur de la santé a bénéficié de de 16,5 mds de Da de ces indemnités, à savoir l’équivalent de 130 millions de dollars.

En revanche, le reste du montant de ces indemnités, à savoir 7,75 mds de Da, a été consacré pour rémunérer des agents des ministères de l’Intérieur, des Finances et de la Défense nationale.

Le montant des affectations destinées à l’allocation de solidarité au profit des familles impactées par la pandémie, la fameuse prime de 10 mille pour les familles nécessiteuses, dont l’opération de solidarité “Ramadhan 2020” s’est élevé à plus de 22 mds de Da, soit l’équivalent de 170 millions de dollars. Le ministre des Finances a affirmé également que des dotations ont été affectées à l’allocation des familles démunies qui sont estimées à 24,7 mds de Da, à savoir 190 millions de dollars.

L’Algérie a dépensé enfin  3,32 mds de Da pour le rapatriement des algériens bloqués à l’étranger, soit l’équivalent de 26 millions de dollars. LAlgérie avait affecté une enveloppe de 271 millions de Da destinée à la coopération internationale, dont 258 millions de Da, comme contribution au Fonds d’intervention Covid-19 pour l’Afrique, soit l’équivalent de 2 millions de dollars. Voici donc toutes les dépenses consenties par l’Etat algérien. Ce qui nous fait un total d’à peine 510 millions de dollars dépensés depuis le début de la pandémie du COVID-19.

En Tunisie et au Maroc, les autorités ont dépensé presque le triple pour se protéger contre la pandémie du COVID-19. En Tunisie, 5 milliards de dinars, soit environ 1.5 milliards d’euros, ont été dépensés pour financer les mesures décidées par l’Etat tunisien dans sa lutte contre le COVID-19. Des mesures qui ont permis au territoire tunisien d’être totalement prémuni contre les contaminations dites horizontales et locales par le Coronavirus, en particulier dans les zones touristiques. La Tunisie maitrise beaucoup mieux que l’Algérie la situation sanitaire et se concentre aujourd’hui sur son programme de relance économique.

Au Maroc, les autorités ont mis en place dés le début de la pandémie au mois de mars et avril un Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19). Ce fonds a permis de collecter 33,3 milliards de dirhams (MMDH) au premier semestre 2020, soit l’équivalent de 3,4 milliards de dollars. De cet argent collecté, les autorités marocaines ont dépensé l’équivalent de 1.9 milliard de dollars jusqu’à ce mois de juillet. Cet argent a servi pour prendre en charge les dépenses de mise à niveau du dispositif médical, soutenir l’économie marocaine pour faire face aux chocs induits par cette pandémie, préserver les emplois et atténuer les répercussions sociales de la pandémie.

On le voit bien, la Tunisie et le Maroc ont dépensé beaucoup plus parce qu’ils avaient dés le départ une stratégie bien claire et définie. En revanche, l’Algérie s’est noyée dans le bricolage financier et économique provoquant ainsi une aggravation incessante sa situation sanitaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

M6 a travaillé pendant deux ans en Algérie dans le plus grand anonymat pour tourner le documentaire de demain dimanche Soir

La chaîne de télévision française M6 a reconnu hier vendredi que ses équipes ont tourné dans le plus grand...

Exclusif. Petrofac menace de lancer une procédure d’arbitrage international contre Sonatrach

Petrofac, la société britannique d'ingénierie, de technologies et de la réalisation de projets dans les domaines du pétrole, du...

Exclusif. Le patron de la plus importante banque algérienne à l’étranger auditionné pendant plus de 17 heures par la Police française

La police française continue d'approfondir son enquête sur la Banque BIA, la plus importante banque algérienne établie à l'étranger....

Confidentiel. Le député milliardaire Abdelmalek Sahraoui, son partenaire à Sétif et le “cadeau” de deux milliards pour Bédoui

Le député milliardaire Abdelmalek Sahraoui, le dernier des oligarques algériens encore épargnés par les poursuites judiciaires et jouissant encore...

Capital Humain 2020 – L’Algérie Première en Afrique du Nord Selon la Banque Mondiale !

L'indice du capital humain (HCI) est une mesure internationale qui compare les composants clés du capital humain à travers...

L’absence d’une politique de dépistage en Algérie rend impossible l’ouverture réelle des frontières

L'Algérie risque, malheureusement, de ne pas pouvoir ouvrir ses frontières jusqu'à la fin... de la pandémie de la COVID-19...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you