Khaled Nezzar reconnaît qu’il ne veut pas revenir en Algérie à cause du risque d’une « arrestation arbitraire »

    0
    9329

    Ces dernières 24 heures, l’ex-ministre de la Défense Nationale, Khaled Nezzar, est très bavard sur Twitter. Le général à la retraite, l’un des acteurs majeurs des évènements des années 90 en Algérie,  a reconnu officiellement qu’il ne veut pas revenir en Algérie à cause du risque d’une « arrestation arbitraire ». 

    « Je m’apprêtais à rentrer en Algérie lorsque des informations crédibles me sont parvenues sur un projet d’arrestation arbitraire, immotivé et inique qui me vise. Je serai de retour au pays, une fois la situation normalisée et lorsqu’un président sera élu démocratiquement », a relaté ainsi Khaled Nezzar sur son compte Twitter.

    Cette déclaration confirme enfin les informations révélées en exclusivité par Algérie part concernant les motifs de fuite à l’étranger du général Khaled Nezzar et de son fils, l’homme d’affaires Lotfi Nezzar. Le généra et son fils se trouvent en Espagne au moment où les autorités algériennes ont lancé à leur encontre de nombreuses actions et mesures de gel de comptes bancaires et des restrictions sévère de leur liberté de circuler depuis le territoire national vers l’étranger.

    Depuis son départ à l’étranger, Khaled Nezzar ne cesse  de s’en prendre sévèrement à Ahmed Gaid Salah, l’actuel chef d’Etat-Major de l’ANP et patron de l’institution militaire algérienne. Entre les deux hommes, une véritable guerre a éclaté dans le sillage des bouleversements politiques majeurs que connaît l’Algérie.