A la une Grave dérapage : la DGSN justifie les violences et...

Grave dérapage : la DGSN justifie les violences et brutalités commises à l’encontre des manifestants du Hirak à Oran

-

C’est un dérapage dangereux et intolérable. Au lieu de présenter ses excuses et d’ordonner l’ouverture d’une enquête, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), la police algérienne, a justifié les violences et brutalités commises jeudi dernier à l’encontre des manifestants pacifiques de la ville d’Oran. 

La DGSN assume totalement cette répression inqualifiable  dans un communiqué rendu public ce dimanche et qualifie les manifestants pacifiques de « personnes malintentionnées visant à altérer l’ordre et la tranquillité publics, en appelant à braver les forces de l’ordre, dans le but de provoquer des dérapages préjudiciables à l’ordre public ».

En dépit de la clarté des images des violences policières diffusées dans le monde entier, la DGSN a poussé l’outrecuidance jusqu’à accuser les réseaux sociaux d’avoir manipulé ces images dans l’intention de nuire à la réputation de la police algérienne ! « Les réseaux sociaux ont relayé des contenus malveillants manipulés et véhiculés par des personnes malintentionnées visant à altérer l’ordre et la tranquillité publics, en appelant à braver les forces de l’ordre, dans le but de provoquer des dérapages préjudiciables à l’ordre public », a écrit la DGSN, ajoutant que « ces contenus ont mis en scène des images prises à Oran, prétendant outrageusement qu’il s’agissait d’une répression de manifestants du Hirak, le vendredi 13 décembre 2019, en tentant de ternir l’image d’une institution Républicaine au service de la société et qui ne ménage aucun effort pour protéger le citoyen et ses biens ».

Tentant de se défendre, la DGSN a expliqué que « les images en question, concernent un groupe d’individus venus spécialement le jour de scrutin, à savoir le jeudi 12 décembre 2019, pour empêcher matériellement les citoyens d’exercer leur droit constitutionnel, en infraction aux lois et règlements, et au mépris des institutions et des personnes, ainsi que toutes règles de citoyenneté et de liberté fondamentales, consacrées par la constitution ».

Ceci dit, la DGSN ne fournit aucun détail sur ce blocage qu’aurait exercé ces manifestants pacifiques à l’encontre des votants le jeudi 12 décembre dernier. La DGSN ne mentionne ni le bureau de vote à Oran qui aurait été ciblé par « cette opération de blocage » ni les circonstances dans lesquelles ses forces de sécurité ont été amenées à intervenir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Après l’Union Européenne, la Suisse ferme ses frontières aux Algériens

Nouveau coup dur pour l'Algérie. Les autorités suisses viennent de fermer les frontières de la Suisse aux voyageurs algériens....

Confidentiel. Aroua Abdelmalek, le gendre de Gaid Salah, quitte son poste à Paris pour rentrer en Algérie

Aroua Abdelmalek, le gendre du défunt Chef d'Etat-Major de l'armée algérienne Ahmed Gaid Salah, a quitté son poste au...

Exclusif. Le PDG de Sonatrach écarté de la commission de travail sur l’élaboration des textes de la Nouvelle loi sur les Hydrocarbures

Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a été brutalement écarté de la commission de travail mise en place par...

Après les graves révélations de Hamel, la justice algérienne n’a pas bougé le petit doigt !

L'ancien patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, a fait de graves révélations sur un large réseau mafieux de trafic...

L’ombre du clan de Houda Feraoun plane sur la crise des liquidités en Algérie

Houda-Imane Faraoun a quitté officiellement le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication...

Confidentiel. Les manoeuvres indélicates de Belhimer contre son collègue Ferhat Ait Ali

"La nouvelle Algérie" n'est en aucun cas différente  de l'ancienne Algérie. Et pour cause, les luttes de clans sont...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you