A la une Document exclusif. L'Algérie se lance tardivement dans les enquêtes...

Document exclusif. L’Algérie se lance tardivement dans les enquêtes épidémiologiques sur l’entourage des patients du COVID-19

-

Il aura fallu que la situation sanitaire frôle la catastrophe pour que l’Algérie réagisse enfin. Les autorités sanitaires algériennes ont donné instruction pour lancer officiellement les enquêtes épidémiologiques sur les sujets contacts du COVID-19. Il s’agit d’un suivi par des spécialistes de toutes les personnes qui étaient en contact avec une personne atteinte de COVID-19. Dans une instruction datant du 8 juillet dernier, comme le montre ce document obtenu par Algérie Part au cours de nos investigations, le ministère algérien de la Santé a demandé le renforcement de l’identification et du suivi des sujets contacts avec les cas du COVID-19. 

Il faut savoir qu’effectivement les symptômes peuvent apparaitre jusqu’à 14 jours après un contact avec un malade atteint de COVID-19, et se manifestent le plus souvent par de la fièvre, accompagnée de toux. Partant de ce constat scientifique, le ministère algérien de la Santé entend mettre en place un dispositif pour la recherche systématique et active de tous les sujets contacts de cas de COVID-19  afin de “rompre la chaîne de transmission et d’éviter que les cas de COVID-19 ne se transforment en clusters ou un foyer épidémiologique”, explique le document officiel dont nous détenons une copie.

Les autorités sanitaires veulent qu’une équipe de spécialistes se déplacent jusqu’au lieu de domicile du sujet contact pour mener l’enquête épidémiologique. La première étape consiste à l’élaboration d’une fiche d’identification et de suivi. Ensuite, il faudra confiner le sujet contact pendant 14 jours au niveau de son domicile. Et dés l’apparition des premiers symptômes, les sujets contacts doivent être soumis à un test de dépistage. Si le test est positif, le patient doit quitter son domicile pour être hospitalisé. D’autre part, les équipes médicales doivent visiter le domicile du sujet contact le premier jour du suivi médical et le dernier jour de ce suivi. Et entre ces deux visites, un suivi régulier doit être opéré par contact téléphonique.

Si cette nouvelle stratégie est ambitieuse, elle semble, néanmoins, irréalisable, dans le contexte actuel de notre pays. Et pour cause, elle nécessite un nombre important de médecins spécialistes et la disponibilité d’une quantité considérable de tests de dépistage du COVID-19. Ce qui manque cruellement à l’Algérie. En plus, la pandémie s’est beaucoup propagée en Algérie rendant ces enquêtes épidémiologiques très difficiles à mettre en place. Cette stratégie sanitaire, il aurait fallu la mettre en place depuis le début de l’épidémie au début du mois de mars dernier. Maintenant, il semble bel et bien que ça soit trop tard…

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Enquête Exclusive – Le Petit Despote de l’Office Nationale de Météorologie, Échantillon Algérien de la Médiocre Gouvernance !

L'office National de la Métrologie (ONM), placé sous la tutelle du ministère des transports, est l'élément essentiel de la...

Après l’Union Européenne, la Suisse ferme ses frontières aux Algériens

Nouveau coup dur pour l'Algérie. Les autorités suisses viennent de fermer les frontières de la Suisse aux voyageurs algériens....

Confidentiel. Aroua Abdelmalek, le gendre de Gaid Salah, quitte son poste à Paris pour rentrer en Algérie

Aroua Abdelmalek, le gendre du défunt Chef d'Etat-Major de l'armée algérienne Ahmed Gaid Salah, a quitté son poste au...

Exclusif. Le PDG de Sonatrach écarté de la commission de travail sur l’élaboration des textes de la Nouvelle loi sur les Hydrocarbures

Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a été brutalement écarté de la commission de travail mise en place par...

Après les graves révélations de Hamel, la justice algérienne n’a pas bougé le petit doigt !

L'ancien patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, a fait de graves révélations sur un large réseau mafieux de trafic...

L’ombre du clan de Houda Feraoun plane sur la crise des liquidités en Algérie

Houda-Imane Faraoun a quitté officiellement le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you