A la une Document. Dons pour l'Etat algérien contre le coronavirus COVID-19...

Document. Dons pour l’Etat algérien contre le coronavirus COVID-19 : l’inédite formule d’intimidation utilisée par la direction générale de Sonatrach à l’encontre de ses travailleurs

-

La manoeuvre est subtile, mais dégage une hypocrisie sans précédent. Au nom de la solidarité nationale à laquelle appelle l’Etat algérien pour financer la lutte contre le coronavirus COVID-19, la direction générale de Sonatrach a proposé à tous ses employés de prélever une journée de leur paie. Si le dispositif peut paraître louable, il reflète, néanmoins, une inquiétante tentative d’intimidation à l’encontre des travailleurs qui ne sont pas convaincus par la justesse de cette décision. 

L’Etat algérien est officiellement riche. C’est du moins ce que prétendent ses dirigeants. Il n’est pas endetté à l’extérieur et dispose de 60 milliards de dollars de réserves de change. C’est du moins ce qu’affirme le Président Abdelmadjid Tebboune. Ces réserves proviennent essentiellement des ventes des hydrocarbures exploités et explorés par les employés de Sonatrach. La société nationale des hydrocarbures a donc donné et continuer de donner encore à l’économie nationale étant donné qu’elle est la seule source de devises pour l’Algérie.

Mais subitement depuis le début de l’épidémie du coronavirus COVID-19, les autorités algériennes multiplient les appels aux dons et demandent l’aide de tous les Algériens y compris ceux qui sont installés à l’étranger. L’Algérie s’est-elle appauvrie depuis le début de l’épidémie ? Bizarre. Et pourtant, le ministère de la Santé algérien est officiellement doté d’un budget équivalent à 4 millions de dollars en 2020. Ce budget ne suffit-il pas pour financer la lutte contre l’épidémie du coronavirus COVID-19 ? Nul ne le sait et jamais personne n’a audité les dépenses du ministère de la Santé.

En attendant, Sonatrach a commencé à prélever une journée de salaire sur les paies de ces 200 mille travailleurs. Mais, c’est là que le bât blesse, les travailleurs qui ne désirent pas participer à ce soi-disant “mouvement de solidarité nationale” doivent remplir un formulaire de désistement et exiger le remboursement de la journée de  salaire prélevée. Ils doivent donc dévoiler leur identité et déposer une demande officielle au niveau des services gestionnaires de Sonatrach et ses filiales. Ces travailleurs qui ne sont donc pas convaincus par le bien-fondé de cette démarche de solidarité nationale, ils seront connus et identifiés par leur direction générale. N’est-ce pas là un moyen de les intimider au risque de les afficher comme des “mauvais citoyens”, des Algériens qui “manquent de patriotisme” ? Cette manoeuvre indélicate en dit long sur le climat qui règne au sein de Sonatrach et les autres institutions de l’Etat. Un climat de terreur exercé à l’encontre des salariés qui doivent faire des sacrifices financiers pour un Etat prétendument riche, mais qui ne fournit jamais le moindre bilan traçable et vérifiable sur les richesses nationales gérées en toute opacité.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

L’Algérie est en train de rater une opportunité historique pour la transformation et la diversification de son économie

 En chinois, le mot « crise » est composé de deux caractères. L'un signifie le « danger » et...

Confidentiel. Tayeb Louh n’a plus de quoi payer ses 4 avocats…

Tayeb Louh, l'ancien puissant ministre de la Justice de 2013 jusqu'à 2019, l'homme qui a voulu entrer en compétition...

Le ministère de la Santé sans secrétaire général depuis deux mois à cause des scandales de corruption

En pleine pandémie du COVID-19 face à laquelle tous les efforts sont nécessaires pour  sauver des vies et endiguer...

Confidentiel. Le général Mohamed Saal, le protecteur discret du “corrompu” Tahar Allèche

Le 27 février 2020, Algérie Part avait publié un article dans lequel il lance cette lancinante interrogation : Qui...

Exclusif. L’ombre de Fuat Tosyalı et de Selim Bora plane sur la crise algéro-française

Non, la crispation des relations algéro-françaises ces derniers jours ne s'explique pas uniquement par "les attaques médiatiques" de certaines...

Les scandales de corruption empêchent l’Algérie de présider une commission importante de l’ONU

Depuis le 21 janvier dernier, c'est l'Algérie qui avait été désignée pour présider les travaux de La Conférence du...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you