A la une Des révélations dangereuses de Youcef Yousfi sur le secteur...

Des révélations dangereuses de Youcef Yousfi sur le secteur des véhicules neufs : “Je n’étais pas au courant des dossiers et je faisais que signer”

-

L’ex-ministre de l’Industrie et des Mines de 2017 à 2019, Youcef Yousfi, est en ce moment à la barre du tribunal de Sidi M’hamed où il est interrogé par les juges à propos des tenants et aboutissants des investissements privés accrédités par le ministère de l’Industrie dans le secteur du montage des véhicules neufs. Et les réponses de Youcef Yousfi révèlent des informations très troublantes sur le fonctionnement du gouvernement algérien. 

En effet, Youcef Yousfi a reconnu qu’il ne faisait que signer des décisions sans être au courant des détails techniques des dossiers de ces usines de montage des véhicules neufs. Youcef Yousfi a même révélé que le choix des projets agréés par le gouvernement et soutenus par le Conseil National de l’investissement (CNI) ne relevait même pas de ses prérogatives. “Nous avons dressé une liste de 70 postulants pour cette filière et nous avons transmis leur dossier au Premier ministre”, à savoir Ahmed Ouyahia au moment des faits.

Youcef Yousfi, en tant que ministre de l’Industrie, n’avait presqu’aucun pouvoir concret. Pis encore, l’ex-ministre de l’Industrie n’était même pas consulté pour établir la liste des 5 constructeurs agréés le 11 décembre 2017 pour le montage des véhicules neufs, à savoir la SPA Sovac (Volkswagen, Seat…), SARL Tahkout (Hyundai), SPA Renault, Peugeot et Nissan. D’autres usines ont été inaugurées et lancées sans que le ministère de l’Industrie ne connaisse réellement les dessous de ces projets soi-disant industriels.

Preuve en est, Youcef Yousfi a été contraint de visiter le 25 juin 2018 l’usine de montage des camions et véhicules utilitaires appartenant au milliardaire Ahmed Mazouz alors que cette visite ne figurait même pas sur son agenda ! Devant les juges du tribunal de Sidi M’hamed, Youcef Yousfi a fait savoir qu’il n’était pas derrière les autorisations accordées à Ahmed Mazouz pour lancer son usine à Sétif. Il a renvoyé la balle vers les responsables du CNI et de l’ANDI.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Confidentiel. Une commission nationale de dialogue avec le Hirak : la prochaine mesure de Tebboune et du pouvoir algérien

Une commission nationale de dialogue avec le Hirak, c'est la première solution que le pouvoir algérien veut mettre en...

L’Union Européenne emboite le pas à Macron et prend seulement “acte” de l’élection de Tebboune sans lui adresser des félicitations

L'Union Européenne s'est contentée de prendre "acte" de l'élection d'Abdelmadjid Tebboune sans, pour autant, le féliciter pour sa victoire...

Exclusif. Soutien de certains généraux à Azzedine Mihoubi : Gaid Salah réprimande sévèrement les généraux-majors Bouazza et Mohamed Kaidi

Une importante réunion a été organisée ce samedi matin au ministère de la Défense Nationale dans le bureau du...

Analyse – Ces Chiffres qui Desservent l’Election de Tebboune à la Tête de l’Etat. !

L’Autorité Nationale Indépendante des Elections (ANIE), par la voix de son Président Mohamed Chorfi, a déclaré qu’Abdelmadjid Tebboune a...

Tebboune refuse de répondre à Macron et promet au Hirak “le changement” et le “dialogue”

Abdelmadjid Tebboune s'est enfin prononcé à la suite de sa victoire annoncée aux élections présidentielles du 12 décembre 2019....

Bientôt des mesures d’apaisement ? Les dessous de la stratégie de Tebboune face à une rue qui ne le reconnaît pas

Beaucoup de pain sur la planche. Et la métaphore est loin d'être suffisante pour décrire avec fidélité la réalité...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you