A la une Crise de l'Oxygène médical en Algérie : la vérité...

Crise de l’Oxygène médical en Algérie : la vérité troublante que cache les autorités algériennes

-

La crise de la pénurie de l’oxygène médical vient de franchir un nouveau cap en Algérie à la suite de la décision du principal fournisseur de ce gaz médical dans le pays, à savoir Linde Gas Algérie, d’imposer toute une nouvelle procédure médicale et bureaucratique pour gérer et rationaliser la distribution des précieuses bouteilles d’oxygène médical aux patients algériens.  En vérité, cette pénurie traduit la faiblesse et impuissance industrielle de l’Algérie et son sous-développement accéléré. Explications. 

Hier jeudi 19 novembre, un article d’Algérie Part a suscité une énorme controverse sur les réseaux sociaux. Cet article a analysé les déclarations extravagantes faites par le ministre chargé de l’Industrie Pharmaceutique, Lotfi Benbahmed qui s’est exprimé mercredi dernier sur la disponibilité de l’oxygène médical, élément indispensable dans le traitement des personnes contaminées par le coronavirus (Covid-19). Dans une déclaration à la Radio Algérie International (RAI), Lotfi Benbahmed a indiqué que « la quantité produite cumulée des trois opérateurs en la matière offre une quantité jusque-là satisfaisante. »

Lors de cette déclaration, le ministre algérien a révélé que dispose officiellement de trois opérateurs qui sont impliqués dans la production de l’oxygène médical. Il s’agit de Linde Gaz, Air Liquide et Calgaz Algérie. Tous les trois produisent 320.000 litres d’oxygènes chaque jour. Le ministre algérien est resté très superficiel sur ce sujet très complexe entretenant ainsi le flou sur les capacités réelles de l’Algérie à répondre aux besoins en oxygène médical de ses hôpitaux.

En vérité, le ministre algérien n’a nullement précisé si les 320 milles litres d’oxygène médical produit par les trois producteurs disponibles en Algérie sont des litres normaux ou compressés car ils sont livrés dans des bouteilles sous 200 bars de pression. Ces paramètres techniques sont, en réalité, très importants pour comprendre les enjeux de l’équation de l’oxygène médical dans les hôpitaux en Algérie. Il faut savoir que l’’oxygène médical est fabriqué en usine. Il est stocké ensuite, sous forme gazeuse, dans des bouteilles en acier, supportant de fortes pressions. Les bouteilles peuvent être de différents volumes: par ex.: 2, 5, 15 litres.

L’oxygène pur est comprimé ainsi dans des bouteilles métalliques blanches. Il existe différents types de bouteilles en fonction du volume d’oxygène qu’elles contiennent à la pression de 200 bars. Les types les plus courants sont les suivants: 400 litres (B2),
1000 litres (B5), 2100 litres (B10), 4200 litres (B20). Selon l’avis de plusieurs médecins ou spécialistes en réanimation, les modèles couramment utilisés sont les B5 facilement transportable et B10. Par ailleurs, les bouteilles d’oxygène médical comprimé de 2 litres  = 400 litres (sous 200 bars), les bouteilles de 5 litres  = 1000 litres, les bouteilles de 15 litres = 3000 litres.

Or, la consommation de ces bouteilles d’oxygène médicale très recherchée en ce moment en Algérie dépend largement de la situation de chaque patient et de la gravité de sa détresse respiratoire. Un patient maintenu sous respiration artificielle a besoin généralement de 3 jusqu’à 15 litres d’oxygène par minute. Ce qui donne en fonction de la consommation de chaque patient :

 

  • Débit de 12 litres minutes pendant 20 minutes permet de gérer 7 crises respiratoires.
  • Débit de 12 litres minutes : pendant 15 minutes  permet de gérer 10 crises respiratoires
  • Débit de 9 litres minutes : pendant 15 minutes permet de prendre en charge 14 crises respiratoires.

Tout dépend donc de l”insuffisance respiratoire chronique dont souffre le patient atteint de COVID-19 et hospitalisé dans une unité de soins intensifs. Il ne faut pas oublier aussi que l’oxygène médical est livré également aux hôpitaux par camion sous forme liquide, puis stocké dans une installation centrale. Il est ensuite évaporé, transformé en gaz comprimé à 9 puis 3 bars et conduit jusqu’au lit du malade par une canalisation. Sur le mur de la chambre se trouve une prise murale dite femelle spécifique à 3 ergots. On peut ainsi brancher une prise mâle à 3 ergots de couleur blanche. Il y a souvent d’autres prises différentes pour le vide, l’air comprimé. Généralement, l’installation doit être complétée par des grosses bouteilles d’oxygène pour le secours en cas de pannes.  La gestion de l’ensemble est sous la responsabilité du pharmacien de l’établissement hospitalier.

Malheureusement en Algérie, ces installations sont très déficientes faute d’un entretien régulier et d’une gestion saine ou professionnelle. Les réservoirs sont à refaire et les installations murales dégradées empêchant ainsi  l’approvisionnement de l’oxygène médical des patients hospitalisés.

Les 320 000 litres dont parlent donc le ministre algérien de l’Industrie Pharmaceutique sont destinés quotidiennement à la fabrication de l’oxygène comprimé dans des bouteilles métalliques ou de l’oxygène liquide stocké dans des fûts isolants. Quoi qu’il en soit, pour les deux usages, la production algérienne est très faible car elle ne pourra pas prendre en charge les besoins de plus de 15 mille patients algériens touchés par les symptômes les plus sévères de la COVID-19 comme la détresse respiratoire. Or, dans nos hôpitaux, depuis le 7 novembre dernier, a confirme officiellement un rapport détaillé de l’Institut National de la Santé Publique (INSP) relevant du ministère de la Santé,  chaque jour plus de 173 patients sont admis dans les services de réanimation des hôpitaux algériens.

Ces statistiques officielles ont été réunies par les experts de l’INSP lors de leurs recherches entamées durant la semaine du 1 au 7 novembre dernier. Au niveau national, pourcentage des patients algériens soignés dans les services de réanimation est de 6,5 %. Le même rapport de l’INSP nous apprend également que les hospitalisations en Unité de soins intensifs ont progressé de 17,6 % sur l’ensemble du territoire national car le nombre quotidien moyen de patients en réanimation est passé de 147,3 (semaine du 25 au 31 octobre) à 173,1 (semaine du 01 au 07 novembre).

A cela il faut rajouter que depuis le 5 novembre dernier, les hôpitaux publics de l’ensemble des wilayas du pays ont enregistré une augmentation du nombre quotidien des cas de COVID-19 hospitalisés ou traités  dépassant les 1000 patients. Le nombre quotidien moyen de patients en structures hospitalières est de 4 725,3 du 29 octobre au 5 novembre dernier versus 3 650,4 entre le 23 et le 29 octobre, soit une augmentation de plus de 1 000 patients/jour (1 074,9), souligne l’INSP dans son bulletin épidémiologique. Sans oublier les patients qui sont restés confinés dans leurs domiciles mais qui utilisent chaque jour de l’oxygène médical pour combler leur insuffisance respiratoire. Ces données nous expliquent pourquoi la situation est si tendue et complexe en Algérie car la production de l’oxygène médical est incapable de répondre à tous les besoins actuels. Rappelons enfin que le monde  entier a besoin d’environ 620 mille mètres cubes d’oxygène par jour, à savoir l’équivalent de 620 millions de litres d’oxygène médical par jour.

 

 

 

 

2 COMMENTS

  1. 😁😁 j adore votre phrase: “…le ministre algérien n’a nullement précisé si les 320 milles litres d’oxygène médical produit par les trois producteurs disponibles en Algérie sont des litres normaux ou compressé”. Un litre c’est un litre. Comme si il existe un kilo normal et un kilo pas normal ou “compressé”. Messieurs de AP ce n est pas le volume (le litre) qui est comprimé (oui on dit comprimé et non pas compressé comme vous dites), mais le gaz en question et ce en fonction de la pression. Pour info, ça peut etre n’importe quel gaz. Vous êtes donc vraiment à côté, vous devriez arrêter ce sujet.
    Sinon, hier vous parliez de 74 patients qui peuvent être pris en charge par oxygénation, aujourd’hui vous passez à combien après votre nouvelle enquête scientifique?. Merci de nous informer.

  2. Idriss, Pour calculer la quantité d’O2 disponible d’une bouteille pour oxygenotherapie il faut multiplier le volume « en equivalent eau » de la bouteille par la pression indiquée sur le manomètre.
    Les litres indiqués sur les bouteilles sont l’équivalent de remplissage en eau sous une pression atmosphérique 1 bar. Soit 2l ou 5l ou 15l etc…
    Si on augmente la pression dans la bouteille à 200 fois la pression de l’extérieur de la bouteille, on dit que la pression est de 200 bars
    La bouteille contient ainsi 200 fois plus d’oxygène.
    Soit pour une contenance réelle de 2 l= 20 litres ( 2×10)
    En comprimant ou compressant jusqu’à 200 bars valeur indiqué sur le manometre de la bouteille, on obtient donc une contenance réelle de :
    400l pour une bouteille de 2l (2×200)
    1000l pour une bouteille de 5l (5×200)
    3000l pour une bouteille de 15l (15×200)

    Donc la question se pose, la quantité annoncée de 320 000 litres par jour en production correspond-t-elle a un équivalent bouteille ou oxygène ?
    320 000 ÷ 200 = 1600 litres
    soit 320 bouteilles de 5l
    Ou
    320 000 litres réels
    soit 64 000 bouteilles de 5l

    Il me semble que la réponse est évidente… 😉

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Non, aucune loi en Algérie ne prévoit un délai pour destituer un Président malade et absent

Contrairement à ce qui est raconté et diffusé sur les réseaux sociaux en Algérie et par certains médias algériens...

COVID-19. Dans les wilayas du centre de l’Algérie, tous les 14 jours le nombre des nouveaux cas contaminés double !

L'épidémie du coronavirus COVID-19 n'a jamais connu expansion aussi forte et puissante en Algérie que depuis le 13 octobre...

Une proposition Espagnole pour suspendre les visas d’entrée en Europe aux Algériens, Mauritaniens et Marocains !

Le 20 Novembre 2020, un syndicat de police espagnol : Alternativa Sindical de Policia avait déclaré "soutenir fermement" une initiative...

Confidentiel. Air Algérie en grave crise financière et la direction veut réduire jusqu’à 50 % des salaires de ses pilotes

La crise financière d'Air Algérie s'aggrave et prend une dimension dramatique. Le trafic aérien national est entièrement paralysé et...

Confidentiel. Un vol Paris-Alger pour rapatrier les familles des personnes privilégiées et pistonnées

Le mercredi dernier, à savoir le 25 novembre dernier, un avion Boeing 737-800 de Tassili Airlines, la deuxième compagnie...

L’Armée Algérienne Rentre En Guerre Contre Le Fléau de l’Année !

Alors que les chiffres liés aux effets néfastes du Covid19 sur la santé des citoyens algériens ne cessent d’augmenter,...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you