A la une Course mondiale pour l'acquisition du vaccin anti-Covid : où...

Course mondiale pour l’acquisition du vaccin anti-Covid : où on en est l’Algérie ?

-

Le monde entier vit ces dernières semaines au rythme de la compétition internationale qui a été lancée pour acquérir des vaccins contre le COVID-19. De nombreux pays à travers la planète ont entamé une course contre la montre pour négocier avec les fabricants mondiaux qui sont sur le point de terminer tous les essais cliniques nécessaires à l’adoption définitive par les autorités sanitaires de leurs futurs vaccins. Malheureusement, force est de constater que l’Algérie peine à se positionner sur la scène internationale pour défendre ses intérêts. Pour l’heure, aucun plan d’action n’a vu le jour au sommet de l’Etat algérien pour préparer la vaccination de la population algérienne. 

Le 4 septembre dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’une fois qu’un vaccin Covid-19 sera approuvé, l’Afrique recevra au moins 220 millions de doses initiales. Le premier lot donnera la priorité aux travailleurs de la santé de première ligne et aux groupes vulnérables, selon le responsable du programme Afrique de l’OMS, Richard Mihigo. Il a indiqué que la distribution du vaccin sera fera sur la base sur de la taille de la population de chaque pays. M. Mihigo a indiqué que les 54 pays avaient tous exprimé leur intérêt pour un vaccin Covid-19. L’Algérie a-t-elle négocié un accès équitable à ces vaccins ? Fait-elle partie des pays qui se mobilisent pour veiller sur l’organisation d’un partage équitable de ces doses ?

Aucune réponse n’a été fournie à ces questions du côté des autorités algériennes. L’Afrique a une population de plus de 1,3 milliard de personnes. L’Algérie avec ses 45 millions d’habitants fait partie des pays les plus touchés par la pandémie avec l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Maroc, le Nigeria ou le Ghana. Qui va garantir l’accès de l’Algérie aux futurs vaccins ?

Aujourd’hui jeudi 19 novembre, le ministre algérien de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a tenté de se montrer rassurant en affirmant que l’Algérie se procurera le vaccin anti-Covid-19 qui remplira toutes les conditions “indépendamment de son prix”. Dans une déclaration à la presse, Abderrahmane Benbouzid avait précisé que l’Algérie “n’importera aucun vaccin dont l’innocuité et l’efficacité ne sont pas assurées dans le pays producteur, conformément aux instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune”.

En clair, l’Algérie attendra d’abord les résultats des différents vaccins dans les pays développés et ensuite elle décidera. Mais l’Algérie n’est pas le seul pays qui attend ce vaccin au monde et d’autres pays risquent de lui griller la politesse en s’emparant des quantités les plus importantes des futures doses fabriquées par les pays développés.

Pour nuancer ses propos,  Abderrahmane Benbouzid a indiqué toujours le 19 novembre avoir reçu les ambassadeurs et les responsables des laboratoires des pays producteurs du vaccin contre la Covid-19 afin d’étudier les modalités d’importation de ce vaccin qui sera soumis aux recommandations du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus “indépendamment de son prix”, car, a-t-il dit, “protéger la santé des citoyens n’a pas de prix”.

Le discours du ministre algérien de la santé est rempli de contradictions. Si les pays développés valident les futurs vaccins et l’OMS donne son feu vert, en quoi l’accord du comité scientifique algérien de suivi de l’épidémie est-il nécessaire ? D’un côté, l’Algérie dit qu’elle veut attendre d’abord l’efficacité thérapeutique du vaccin, et de l’autre, elle prétend qu’elle a commencé à négocier son importation. Une véritable schizophrénie qui relève d’un délire de communicant destiné à la consommation interne, à savoir l’opinion publique algérienne.

En vérité, l’Algérie, noyée dans ses problèmes internes et sa mauvaise gouvernance maladive, est incapable de se positionner dans les délais pour acquérir ce précieux vaccin. Comme pour les masques, les tests de dépistage PCR ou les respirateurs artificiels au début de la pandémie au mois de mars-avril, l’Algérie accusera un énorme retard pour recevoir des doses de vaccin contre le COVID-19 contraignant sa population à subir un isolationnisme géopolitique qui pourra durer jusqu’à la fin de l’année 2021.

Il faut savoir que les pays riches et les plus puissants ont déjà imposé leur diktat.  D’après un rapport publié le 17 septembre dernier  par l’ONG international Oxfam, les pays riches ont précommandé la moitié des futures doses de vaccin contre le Covid-19 alors qu’ils représentent seulement 13 % de la population mondiale. Conséquence : une partie de la population mondiale fera face à de nombreuses difficultés pour trouver des vaccins, alors qu’un dispositif de mutualisation internationale appelé Covax, soutenu par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), est boycotté par Washington et manque de financements.

Et pourtant, l’initiative mondiale pour les vaccins, appelée COVAX, a l’intention de contribuer à l’achat et à la distribution équitable de 2 milliards de doses de vaccins approuvés d’ici la fin 2021. L’initiative compte neuf candidats vaccins qui sont testés dans le monde entier. L’Algérie a-t-elle adhéré à l’initiative COVAX pour rejoindre ses pays qui se battent pour leur dignité et l’égalité contre les pays puissants qui veulent privilégier leurs populations respectives au détriment des autres populations mondiales ? La question demeure en suspens car la démagogie prend le dessus sur le bon sens au plus haut sommet de l’Etat algérien. Demain, l’Algérie risque encore de jouer le rôle du spectateur lorsque les pays les plus sérieux du monde vont procéder à la vaccination de leur population.

 

3 COMMENTS

  1. A l’heure actuelle le vaccin antigrippal n’est toujours pas disponible et de promesse en promesse les organisateurs de la pénurie (pour toutes sortes de vaccins)les responsables de l institut pasteur(qui doit se retourner dans sa tombe) en l’occurence veulenr rééditer le coup pour le vaccin covid19 en traînant les pieds alors que le monde entier se démène à qui mieux mieux pour s’accaparer d’un maximum de doses au profit de leur population.Nous disons à ces pseudos responsables que vous etes congénitalement dans l’incapacité totale de diriger quoi que ce soit encore moins de siéger dans un comité pseudo scientifique de pacotille qui a la prétention de donner son avis sur les vaccins en cours élaborés par des sommités scientifiques mondiales.Bon sang mais où vit on?

  2. Pourquoi s’inquiéter de la disponibilité ou pas du vaccin contre le coronavirus? Puisque nous avons la Grande Mosquée de 10 milliards pour prier et implorer la protection d’Allah El 3adhim. Puis, nous sommes un peuple très patient pour ne compter que sur nous-mêmes, nos Instituts des Sciences Islamiques Macha’Allah ont tout le temps pour nous développer un vaccin local halal. Pourquoi implorer les kouffars qui sont capables de toutes les escroqueries, n’est-ce pas ? A moins que la (fausse) solidarité kharabe fasse front commun dans les efforts de produire un vaccin zarabe dans l’une des grandes universités et centres de recherches de Riyad, Abu Dhabi ou Doha.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Non, aucune loi en Algérie ne prévoit un délai pour destituer un Président malade et absent

Contrairement à ce qui est raconté et diffusé sur les réseaux sociaux en Algérie et par certains médias algériens...

COVID-19. Dans les wilayas du centre de l’Algérie, tous les 14 jours le nombre des nouveaux cas contaminés double !

L'épidémie du coronavirus COVID-19 n'a jamais connu expansion aussi forte et puissante en Algérie que depuis le 13 octobre...

Une proposition Espagnole pour suspendre les visas d’entrée en Europe aux Algériens, Mauritaniens et Marocains !

Le 20 Novembre 2020, un syndicat de police espagnol : Alternativa Sindical de Policia avait déclaré "soutenir fermement" une initiative...

Confidentiel. Air Algérie en grave crise financière et la direction veut réduire jusqu’à 50 % des salaires de ses pilotes

La crise financière d'Air Algérie s'aggrave et prend une dimension dramatique. Le trafic aérien national est entièrement paralysé et...

Confidentiel. Un vol Paris-Alger pour rapatrier les familles des personnes privilégiées et pistonnées

Le mercredi dernier, à savoir le 25 novembre dernier, un avion Boeing 737-800 de Tassili Airlines, la deuxième compagnie...

L’Armée Algérienne Rentre En Guerre Contre Le Fléau de l’Année !

Alors que les chiffres liés aux effets néfastes du Covid19 sur la santé des citoyens algériens ne cessent d’augmenter,...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you