A la une Contribution. Les vétérinaires algériens saisissent et interpellent Abdelmadjid Tebboune

Contribution. Les vétérinaires algériens saisissent et interpellent Abdelmadjid Tebboune

-

Nous Collectif, vétérinaires provenant de différentes institutions publiques et de différents secteurs privés, avons l’honneur, Monsieur le Président, de venir vous solliciter pour nous accorder une entrevue afin de vous soumettre les aspirations de la famille vétérinaire et particulièrement sa vision implicative, en perspective et dans la pertinence d’une mise en place d’un Ordre Multisectoriel des Vétérinaires Algériens, à travers lequel, les notions de responsabilité et de devoir que lui délèguerait l’état ne ferait que renforcer l’essence même des fondés de la constitution et des lois de la république, en matière de Souveraineté Alimentaire.

Evidement, cette approche n’est pas faite pour terminer son chemin dans les arcanes de la solitude, parce que seuls nous n’arriverons jamais à grande chose. La vision s’est bien entourée, pour structurer cette ébauche, de personnes éclectiques, qui ont en commun un amour profond à la nation, un regard singulier et libre sur la profession, sa composante, sa conflictualité. Des expériences professionnelles et des expertises thématiques et sectorielles riches et vécues.

Désormais, à travers cette réflexion, un noyau s’est formé. L’initiative s’est basée sur un quadruple constat, celui d’une urgence, d’un manque, d’une ambition et d’un momentum. Face au dilemme crée d’une part, par le désir d’augmenter les productions animales et de libéraliser le commerce, et d’autre part, par la menace des maladies infectieuses, notre pays se doit d’assurer une prévention efficace et un contrôle progressif des maladies transmissibles par des animaux et leurs produits, en particulier celles à caractères transfrontaliers (Bioterrorisme).

Nous souhaitons à travers cette mobilisation, participer au renforcement et à l’amélioration des différents programmes engagés dans le cadre de la politique de Sécurité Alimentaire, et par conséquent de Souveraineté Alimentaire, de santé animale et de la santé publique vétérinaire et d’apporter notre collaboration à faire face aux défis de la mondialisation, la sauvegarde des intérêts de l’Algérie et sa projection future dans l’après pétrole.

Il est essentiel de rappeler que les vétérinaires sont impliqués dans pas moins de huit départements ministériels. Cependant le déficit en mécanismes organisationnels et opérationnels rend aléatoire leur implication, de façon plus efficace, pour la réussite des objectifs assignés, en se référant aux principes de la santé publique vétérinaire et la santé animale. Parmi ces mécanismes organisationnels, il est inévitable de ne pas évoquer l’instance de l’Ordre des Vétérinaires Algériens. Une instance, qu’un pays comme le nôtre n’a pu édifier, alors que presque la totalité des pays de notre continent y sont dotés. Ouvrant un champ des possibles, jusqu’à présent occulté, la polémique soulevée par l’absence totale d’une vision et d’une coordination de gestion collective propre aux activités vétérinaires dans leur globalité sectorielle, est toujours d’actualité.

Par cette inquiétude soulevée et à travers cette ébauche contributive, nous sommes convaincus qu’en tant qu’autorité suprême de la nation, vous saurez traduire l’impact que pourrait avoir la prise en charge de notre démarche, pour apporter des réponses aux incohérences relevées, à travers un angle de vue des professionnels, s’inscrivant droitement dans la même projection, tel que les stipulent les orientations ci-dessous : Vu la Constitution, notamment ses articles Art. 136 (alinéa.1), Art. 138, Art. 140 (alinéa1) .16 – les règles générales relatives à la santé publique et à la population ; 19 – les règles générales relatives à la protection de la faune et de la flore, et Art. 144.

Vu l’Ordonnance n° 66/156 du 08/06/1966, modifiée et comp létée portant code pénal. Vu la Loi n° 85/05 du 16/02/1985, modifiée et complétée, r elative à la protection et à la promotion de la santé ; Vu la Loi n° 87/17 du 01/08/1987, relative à la protection phytosanitaire ; Vu la Loi n° 88/08 du 26/01/1988 ; relative aux activités de médecine vétérinaire et à la protection de la santé animale ; Vu la Loi n° 04/20 du 25/12/2004, relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable ; Vu la Loi n° 09/03 du 25/02/2009, relative à la protection du consommateur et à la répression des fraudes ; Vu le Décret Exécutif n° 87/146 du 13/01/1987, portant création d’un bureau d’hygiène communale ; Vu le Décret Exécutif n° 88/252 du 31/12 /1988, fixant les conditions d’exercice à titre privé des activités de médecine vétérinaire et de chirurgie des animaux ; Vu le Décret Exécutif n° 90/12 du 01/01/1990, fixant les attributions du ministère de l’agriculture ; Page 3 sur 5 Vu le Décret Exécutif n° 94/118 du 01/06 /1994, complétant le décret exécutif n° 88/252 du 31/12 /1988, fixant les conditions d’exercice à titre privé des activités de médecine vétérinaire et de chirurgie des animaux ; Vu le Décret Exécutif n° 95/263 du 11/11/1995, fixant les modalités d’inspection vétérinaire des animaux vivants et des denrées animales ou d’origine animales destinées à la consommation humaine ;

Vu le Décret Exécutif n° 03/173 du 14/04/ 2003, fixant les modal ités de mobilisation des vétérinaires en cas d’épizootie de prophylaxie collective des maladies des animaux ordonnées par l’autorité vétérinaire nationale ; Vu le Décret Exécutif n° 06/119 du 12/03/2006, modifiant et complétant le décret exécutif n° 95/66 du 22/02/1995, fixant la liste des maladies animales à déclaration obligatoire et les mesures générales qui leur sont applicables ; Vu le Décret Exécutif n° 06/75 du 12/03 /2006 complétant le décre t exécutif n° 88/252 du 31/12 /1988, fixant les conditions d’exercice à titre privé des activités de médecine vétérinaire et de chirurgie des animaux ; Vu le Décret Exécutif n° 09/102 du 10/03/2009, fixant les mesures applicables lors d’importation et d’exportation des médicaments à usage vétérinaire ;

Vu le Décret Exécutif n° 10/90 du 10/03/2010, complétant le décret exécutif n° 04/82 du 08/03/2004, fixant les modalités d’agrément sanitaire des établissements dont l’activité est liée aux animaux, produits animaux et d’origine animale ainsi que leur transport ; Vu le Décret Exécutif n° 11/334 du 22 Chaoual 1432 correspondant au 20/09/2011, portant statut particulier des fonctionnaires de l’administration des collectivités locales ; Vu le Décret Exécutif n° 17/310 du 24/10/2017, portant création, missions, organisation et fonctionnement du comité national multisectoriel de lutte contre la résistance aux antimicrobiens ;

Vu le Décret Exécutif n° 18/04 du 27 Rabie Ethani 1439 correspond ant au 15/01/2018, complétant le décret exécutif n° 12/98 du 8 Rabie E thani 1433 correspondant au 01/03/2012, portant création du centre technique des industries agroalimentaires (CTIAA) Vu l’Instruction n° 1216 du 15/04/2015, émanant du Premier ministère portant lutte contre l’agro-terrorisme ; Vu l’Instruction n° 445 du 11/02/2016, émanant du Premier ministère relative à la lutte contre l’agro-terrorisme et mise en place d’un comité intersectoriel « Défense alimentaire ». Conformément aux dispositions de l’Organisation Internationale du Travail, la profession vétérinaire fait partie des professions à Ordre, faisant appel au mécanisme de l’autogestion et de contrôle, comme les professions de médecins, d’avocats, d’ingénieurs, d’architectes et autres, dans l’optique de la protection du publique. Page 4 sur 5 Monsieur le Président, Il convient cependant d’adapter notre dispositif aux exigences des nouveaux enjeux et des nouvelles menaces. Nous sommes à un nouveau tournant sanitaire lié à l’accélération et à la mondialisation des échanges, et à la modification des écosystèmes de certaines maladies.

Les trois quarts des maladies émergentes sont transmissibles à l’homme et les systèmes de santé identifient de nouvelles “menaces”. Nous devons anticiper davantage, plutôt que de financer les pertes, nous devons investir dans la prévention, moderniser notre organisation sanitaire et responsabiliser chaque acteur. Les missions effectuées par les vétérinaires pour le compte de l’État devront être rénovées, étendues et juridiquement sécurisées. Tout cela ne peut se concrétiser, de notre avis, sans une organisation dynamique autour d’un Ordre Global Multisectoriel, à travers un cadre juridique d’autogestion et de contrôle ; ainsi conférés seraient à même d’induire directement la participation efficiente de la famille vétérinaire dans toute sa diversité, pour la réussite des objectifs de la politique agricole et les défis de la Sécurité Alimentaire et Sanitaire, et par conséquent, la Souveraineté Alimentaire. L’intérêt de notre approche se situe au carrefour de multiples préoccupations et projections, toutes d’ordres, professionnel, économique, politique et social.

Elle se trouve au centre de nos réflexions sur les relations humaines, où chacun s’y retrouve donc, et où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice de notre jeune nation. Notre souhait, Monsieur le Président, est de vous voir prendre volontairement l’initiative de nous accompagner dans l’édification de ce projet, et d’avoir votre soutien en vue de la création de notre entité organisationnelle, tant souhaitée et attendue.

Dans l’attente d’une suite honorant votre compréhension à notre démarche, veuillez croire Monsieur le Président, en notre profond respect et l’expression de notre haute considération.

Par le Collectif pour la Mise en Place d’un Ordre Multisectoriel des Vétérinaires Algériens 

E. mail : [email protected]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Les Véritables Raisons de l’Hécatombe des Crashs Aériens de l’Armée Algérienne !

La Chine a accompli d'énormes progrès dans le domaine des véhicules aériens sans pilote (UAV) et des véhicules aériens...

Scandale Augusta : l’inconscience de la justice algérienne porte un coup fatal à Sonatrach

Oui, c'est de l'inconscience. Nous sommes en 2020 et en Algérie, les dirigeants ne font toujours pas la différence...

Sonatrach : Le scandale Augusta éclate au grand jour, mais la Justice algérienne protège le PDG Toufik Hakkar

Au lendemain des révélations d'Algérie Part sur les immenses pertes financières provoquées par la mauvaise gestion actuelle de la...

Confidentiel. Un lobby à Sonatrach veut placer un DG avec un “niveau terminal” à la tête de NAFTAL

Un lobby s'est constitué ces jours-ci au sein de la direction générale de Sonatrach autour du PDG Toufik Hakkar...

Catastrophique : l’Algérie totalement absente des statiques mondiales sur le dépistage au COVID-19

En Algérie, nous avons des capacités tellement faibles et dérisoires en matière de dépistage au COVID-19 que plus aucun...

Confidentiel. Libération des détenus du Hirak : Zeghmati se sent “humilié” et “utilisé”

Ce jeudi 2 juillet, Belkacem Zeghmati, le ministre de la Justice, a vécu une sale journée. Et pour cause,...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you