A la une Confidentiel. Depuis 4 jours, l'Algérie peine à produire 700...

Confidentiel. Depuis 4 jours, l’Algérie peine à produire 700 mille barils de pétrole par jour

-

Encore une chute historique et vertigineuse de la production des hydrocarbures en Algérie. Depuis 4 jours, l’Algérie peine à produire au-delà de 700 mille barils de pétrole par jour. C’est la chute la plus brutale de toute l’histoire pétrolière de l’Algérie. 

Il faudra revenir jusqu’à 1966, soit 4 années après l’Indépendance du pays, pour retrouver de tels seuils de production, à savoir 763 mille barils par jour. C’est vous dire toute l’ampleur dramatique de cette chute historique de la production pétrolière par jour pour l’Algérie et notamment la Sonatrach. Selon nos investigations, en adéquation avec l’accord historique pour réduire la production des Etats membres de l’Opep + de près de 10 millions de barils par jour depuis le 1er mai, l’Algérie devait produire 820 mille barils de pétrole par jour. Mais en raison des divers problèmes de mauvaise gestion du pôle production et exploration de Sonatrach, cet objectif n’a jamais été atteint depuis l’arrivée de Toufik Hakkar à la tête de Sonatrach, à savoir au début du mois de février 2020.

Depuis le début de la crise du COVID-19 et du confinement sanitaire à la fin du mois de mars dernier, la production pétrolière algérienne oscillait entre 730 et 760 mille barils de pétrole par jour. Au début du mois de mai dernier, la production pétrolière de l’Algérie a connu pendant plusieurs une chute historique et très inquiétante. Et pour cause, la production journalière de l’Algérie n’avait pas dépassé les 700 mille barils par jour à cause des chamboulements qui ébranlent Sonatrach lesquels ont provoqué de graves dysfonctionnements au sein de la division de production de Sonatrach, son département le plus stratégique.

Les mauvaises nominations à la tête de cette division et les mauvais management qui a été installé en place par le PDG Toufik Hakkar a provoqué de nombreux problèmes de mauvaise gestion qui se répercutent directement sur la performance des équipes de la division production. Dans un précédent article, Algérie Part avait expliqué comment Toufik Hakkar a nommé Taleb Messaoud comme directeur de la division production (DPR). Or, ce directeur est totalement dépassé par les enjeux de ses fonctions et ses compétences sont très limitées en matière de gestion des puits et rationalisation de l’exploitation des gisements gaziers ou pétroliers. Par ailleurs, il a manqué cruellement de réactivité pour intervenir lorsque des problèmes techniques ont apparu au niveau de plusieurs sites de production de Sonatrach au sud du pays. Taleb Messaoud est un ancien cadre la direction régionale de Sonatrach (région de Stah) d’In-Amenas (Illizi). Il n’est, malheureusement, pas habitué à gérer des situations de crise très compliquées comme celles auxquelles fait face en ce moment Sonatrach. En plus, il n’est guère assisté ou accompagné par le PDG Toufik Hakkar qui fait montre d’un immobilisme général face aux problèmes cruciaux de la production et exploration de Sonatrach.

A la fin du mois de mai et au début du mois de juin, ces problèmes ont baissé en intensité et la production algérienne est repartie un petit peu à la hausse pour retrouver le seuil de 750 mille barils de pétrole par jour. Cette reprise a été rapidement sabotée par une nouvelle crise de mauvaise gestion et de tensions au sein de la direction générale de Sonatrach. Et c’est pour cette raison que depuis le début de cette  semaine, la production pétrolière journalière est retombée au-dessous de 700 mille barils par jour. Une très mauvaise contre-performance qui provoque des millions de dollars de pertes par jour pour l’Algérie.

La facture est d’au moins de plus de 4,9 millions de dollars de pertes quotidiennes pour l’Algérie. En cette période de crise financière qui paralyse l’Etat algérien, c’est un véritable gâchis auquel personne ne veut remédier ni le ministère de l’Energie, totalement transparent et inefficace, ni la Présidence de la République, totalement déconnectée des réalités économiques et sociales du pays…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Enquête Exclusive – Le Petit Despote de l’Office Nationale de Météorologie, Échantillon Algérien de la Médiocre Gouvernance !

L'office National de la Métrologie (ONM), placé sous la tutelle du ministère des transports, est l'élément essentiel de la...

Après l’Union Européenne, la Suisse ferme ses frontières aux Algériens

Nouveau coup dur pour l'Algérie. Les autorités suisses viennent de fermer les frontières de la Suisse aux voyageurs algériens....

Confidentiel. Aroua Abdelmalek, le gendre de Gaid Salah, quitte son poste à Paris pour rentrer en Algérie

Aroua Abdelmalek, le gendre du défunt Chef d'Etat-Major de l'armée algérienne Ahmed Gaid Salah, a quitté son poste au...

Exclusif. Le PDG de Sonatrach écarté de la commission de travail sur l’élaboration des textes de la Nouvelle loi sur les Hydrocarbures

Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a été brutalement écarté de la commission de travail mise en place par...

Après les graves révélations de Hamel, la justice algérienne n’a pas bougé le petit doigt !

L'ancien patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, a fait de graves révélations sur un large réseau mafieux de trafic...

L’ombre du clan de Houda Feraoun plane sur la crise des liquidités en Algérie

Houda-Imane Faraoun a quitté officiellement le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you