A la une Confidentiel. Cascade de démissions au sein des prisons algériennes...

Confidentiel. Cascade de démissions au sein des prisons algériennes à cause de l’épidémie du COVID-19

-

Depuis le début de l’épidémie du COVID-19 à la fin du mois de février dernier, plus de 150 agents et employés ont démissionné de l’administration pénitentiaire algérienne, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. Ces agents ou gardiens de prison ont préféré quitter leur travail que d’exposer leur vie au péril à cause de la propagation très inquiétante de l’épidémie du COVID-19 dans le milieu carcéral en Algérie. 

Selon plusieurs sources concordantes, de nombreuses prisons algériennes abritent en ce moment des foyers d’épidémie du COVID-19. Il s’agit notamment des prisons de Boufarik, Blida, Djelfa, Chlef, Hadjout Saida et Mostaganem. Ces établissements pénitentiaires abritent plusieurs cas confirmés de COVID-19, signalent nos sources, et l’administration de ces prisons tentent bien que mal d’endiguer la propagation de l’épidémie.

Il s’avère, malheureusement, que ces administrations et les gardiens de prison manquent cruellement de moyens de protection. Nombre très dérisoire de masques, pénurie chronique de gants ou du gel hydroalcoolique et aucun laboratoire n’a été aménagé au sein des prisons algériennes pour procéder à des tests de dépistage pour identifier les cas suspects ou confirmés contaminés au COVID-19. Les gardiens de prison sont obligés de transférer les détenus souffrant des symptômes similaires à ceux du COVID-19 jusqu’aux hôpitaux pour pouvoir les soumettre à des tests de dépistage. Or, tout ce parcours comporte des risques élevés pour les gardiens de prison et des détenus qui devront côtoyer des personnes potentiellement contagieuses à l’extérieur de l’environnement carcéral.

Dans ces conditions, plusieurs employés et gardiens de prison ont protesté contre ces conditions de travail très risquées pour leur santé. Et beaucoup d’entre eux ont préféré démissionner de leurs postes pour préserver leur santé. Un grand malaise règne en ce moment à la Direction Générale de l’Administration Pénitentiaire et de la Réinsertion. Nous reviendrons sur ce sujet avec de plus amples explications dans nos prochaines publications.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

M6 a travaillé pendant deux ans en Algérie dans le plus grand anonymat pour tourner le documentaire de demain dimanche Soir

La chaîne de télévision française M6 a reconnu hier vendredi que ses équipes ont tourné dans le plus grand...

Exclusif. Petrofac menace de lancer une procédure d’arbitrage international contre Sonatrach

Petrofac, la société britannique d'ingénierie, de technologies et de la réalisation de projets dans les domaines du pétrole, du...

Exclusif. Le patron de la plus importante banque algérienne à l’étranger auditionné pendant plus de 17 heures par la Police française

La police française continue d'approfondir son enquête sur la Banque BIA, la plus importante banque algérienne établie à l'étranger....

Confidentiel. Le député milliardaire Abdelmalek Sahraoui, son partenaire à Sétif et le “cadeau” de deux milliards pour Bédoui

Le député milliardaire Abdelmalek Sahraoui, le dernier des oligarques algériens encore épargnés par les poursuites judiciaires et jouissant encore...

Capital Humain 2020 – L’Algérie Première en Afrique du Nord Selon la Banque Mondiale !

L'indice du capital humain (HCI) est une mesure internationale qui compare les composants clés du capital humain à travers...

L’absence d’une politique de dépistage en Algérie rend impossible l’ouverture réelle des frontières

L'Algérie risque, malheureusement, de ne pas pouvoir ouvrir ses frontières jusqu'à la fin... de la pandémie de la COVID-19...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you