A la une Augusta, fuel frelaté au Liban, PETROGEL : Sonatrach embourbé...

Augusta, fuel frelaté au Liban, PETROGEL : Sonatrach embourbé dans les gros scandales depuis février 2020

-

La situation est totalement alarmante. Le seul poumon économique du pays, à savoir la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach, est embourbé dans de gros scandales successifs qui sapent entièrement son instabilité. Affaire Augusta, dossier Petrogel, scandale du fuel frelaté au Liban, jamais, au grand jamais, Sonatrach n’a baigné dans une mare aussi sale et répugnante. Ces scandales ont tous éclaté depuis l’arrivée à la tête de Sonatrach de Toufik Hakkar, au mois de février 2020, celui par qui tous les scandales arrivent au point où tout le futur et l’avenir de la compagnie nationale des hydrocarbures est dangereusement compromis. 

L’affaire Augusta n’est que finalement la face cachée de l’iceberg. incapable de trouver des solutions et de négocier un accord avec le géant américain ExxonMobil pour limiter les dégâts financiers provoqués par les dépenses onéreuses de la raffinerie sicilienne Augusta, Toufik Hakkar a jeté le dossier dans le camp d’une justice aux ordres et politisée. Le scandale a éclaté la semaine passé portant ainsi un grave préjudice moral à Sonatrach qui sera bientôt back-listée par les plus gros investisseurs étrangers qui ne voudront pas se salir les mains avec une compagnie habituée cultivant les accusations de corruption à la moindre difficulté de mauvaise gestion.

En attendant, Hakkar recourt au tribunal de Bir Mourad Rais mais il n’a toujours pas trouvé le moyen d’épargner à l’Algérie des pertes dépassant les 500 millions de dollars depuis le début du mois de juillet. Et la mauvaise gestion de la raffinerie Augusta va finir par coûter à Sonatrach, et donc à l’Algérie, d’ici la fin de l’année 2020 une facture salée dépassant les 1 milliard de dollars. Est-ce au tribunal de Bir Mourad Rais de trouver également des solutions de management ? Ou Hakkar demandera-t-il aux magistrats algériens d’inculper ExxonMobil, le géant américain ? L’Algérie se permet des fantaisies en pleine crise financière, une pure folie.

Auparavant, c’était le scandale PETROGEL qui avait totalement discrédité la direction générale de Sonatrach. Toufik Hakkar a instrumentalisé un jeune de 36 ans totalement déconnecté et ignorant des enjeux des hydrocarbures pour attribuer dans des conditions scandaleuses des marchés publics de fourniture des carburants. Le préjudice se calcule en plusieurs dizaines de millions de dollars. La brigade de recherches de Bab Jedid a ouvert l’enquête, mais tout en occultant la responsabilité de Hakkar protégé… d’en haut.

Et pendant ce temps-là, à l’étranger, au Liban, Sonatrach est au coeur d’un scandale aux ramifications internationales. Du fuel frelaté qui alimente la chronique judiciaire de ce pays arabe depuis le début du mois de mai. En Algérie, la brigade économique de la DGSN a officiellement lancé une enquête convoquant au passage une cinquantaine d’anciens hauts responsables de Sonatrach comme l’ancien VP commercialisation Omar Maaliou. Les enquêteurs algériens tentent de comprendre les dessous de cette affaire très complexe et sur laquelle les médias libanais ont entretenu des confusions malsaines. Mais Toufik Hakkar ne s’est jamais exprimé là-dessus pour défendre la compagnie ni pour arrêter cette machine médiatique qui salit son image.

L’homme ne se sent même pas concerné et fait l’indifférent alors que des navires d’une filiale de Sonatrach ont été mis sous séquestre par la justice libanaises pendant plusieurs jours avant d’être remis en circulation. Attaquée de toutes parts, objets de plusieurs enquêtes nationales et internationales, la Sonatrach sous l’égide de Toufik Hakkar est en danger de mort ! Et ce n’est pas de l’exagération. Les revenus sont en chute, les exportations en recul, la production journalière de pétrole en chute libre, les contrats gaziers compromis avec les clients européens, etc., on ne compte pas les problèmes structurels auxquels fait face une Sonatrach totalement désorganisée et dépassée par ces évènements et ces turbulences. Qu’attend le Chef de l’Etat pour intervenir avant qu’il ne soit trop tard”…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Confidentiel. Le PDG de Sonatrach demande aux “services” des enquêtes d’habilitation sur les conseillers de son ministre

Grave dysfonctionnement au plus haut sommet de l'Etat algérien. Dans le secteur des hydrocarbures, les relations devenues sont très...

Exclusif. Manoeuvre dangereuse et inédite du gouvernement algérien : placer l’ANPP sous la tutelle du ministère de l’Industrie pharmaceutique

Le contrôle de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) est au coeur de toutes les convoitises en Algérie. Le...

Enquête Exclusive – Le Petit Despote de l’Office Nationale de Météorologie, Échantillon Algérien de la Médiocre Gouvernance !

L'Office National de la Métérologie (ONM), placé sous la tutelle du Ministère des transports, est l'élément essentiel de la...

Après l’Union Européenne, la Suisse ferme ses frontières aux Algériens

Nouveau coup dur pour l'Algérie. Les autorités suisses viennent de fermer les frontières de la Suisse aux voyageurs algériens....

Confidentiel. Aroua Abdelmalek, le gendre de Gaid Salah, quitte son poste à Paris pour rentrer en Algérie

Aroua Abdelmalek, le gendre du défunt Chef d'Etat-Major de l'armée algérienne Ahmed Gaid Salah, a quitté son poste au...

Exclusif. Le PDG de Sonatrach écarté de la commission de travail sur l’élaboration des textes de la Nouvelle loi sur les Hydrocarbures

Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a été brutalement écarté de la commission de travail mise en place par...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you