Abdesslam Bouchouareb, « l’ami controversé » des réseaux et lobbys français
Array

Abdesslam Bouchouareb, « l’ami controversé » des réseaux et lobbys français

-

Dans les coulisses de la préparation de la visite de Macron à Alger, se trouvait un ancien haut responsable algérien qui se fait très discret depuis l’été dernier.

Il est, pourtant, l’un des dignitaires les plus influents malgré son départ du gouvernement lors du remaniement ministériel de mai dernier.

Depuis, lorsque quelques malentendus ont semé la zizanie entre Paris et Alger, la France n’a pas hésité à faire appel à ses services pour jouer le rôle d’émissaire et de médiateur.

Son nom, Abdeslam Bouchouareb. L’ancien ministre de L’Industrie et des mines est aujourd’hui considéré comme le « meilleur ami » algérien d’Emmanuel Macron. Homme d’affaires talentueux et à la tête d’une importante fortune en France depuis de nombreuses années, Bouchouareb connaît personnellement Macron, bien avant que ce dernier ne préside aux destinées de la France. Depuis plusieurs mois, une véritable amitié s’est instaurée entre les deux hommes et Bouchouareb, en parfait connaisseur des réseaux français, est aller plaider la cause du candidat Macron auprès de Bouteflika. Il est celui qui a convaincu Alger de miser sur ce jeune candidat alors que la plupart des lobbyistes algériens en pinçaient pour Alain Juppé.

Habile et très astucieux, Bouchaoureb avait senti le bon coup en la personne de Macron. Et après son arrivée à l’Elysée, ce dernier n’a pas oublié les services rendus de son ami algérien. Dans tous les dossiers complexes visant l’Algérie, il consulte discrètement l’ancien ministre qui séjourne à Paris depuis l’été dernier.   Et pendant toute cette période de tensions entre la France et  l’Algérie, Bouchouareb a joué un rôle majeur pour mener les pourparlers et préparer cette visite importante et n’a pas hésité à contacter Said Bouteflika et d’autres dignitaires du régime pour tenter d’aplatir les incompréhensions entre Paris et Alger.

Discrètement, Bouchouareb a été la passerelle entre l’Elysée et le Palais d’El-Mouradia. Il a également expliqué la vision des Algériens et leurs attentes. Macron a pu donc compter sur son « ami » pour surmonter plusieurs obstacles. Mais cet ami demeure très controversé à Alger et sa gestion très douteuse et suspecte du ministère de l’Industrie lui a valu beaucoup d’ennemis. Sans compter son bras de fer avec l’ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal contre lequel il a livré une guerre froide et fratricide au sein du gouvernement. Au final, il a fini par exaspérer la Présidence de la République qui avait décidé de l’écarter du pouvoir. Et même si aujourd’hui les lobbys français peuvent s’appuyer sur lui, Bouchouareb devra faire preuve de génie s’il veut revenir un jour en force sur l’échiquier politique.

En partenariat avec Maghreb-Intelligence 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

L’Algérie est en train de rater une opportunité historique pour la transformation et la diversification de son économie

 En chinois, le mot « crise » est composé de deux caractères. L'un signifie le « danger » et...

Confidentiel. Tayeb Louh n’a plus de quoi payer ses 4 avocats…

Tayeb Louh, l'ancien puissant ministre de la Justice de 2013 jusqu'à 2019, l'homme qui a voulu entrer en compétition...

Le ministère de la Santé sans secrétaire général depuis deux mois à cause des scandales de corruption

En pleine pandémie du COVID-19 face à laquelle tous les efforts sont nécessaires pour  sauver des vies et endiguer...

Confidentiel. Le général Mohamed Saal, le protecteur discret du “corrompu” Tahar Allèche

Le 27 février 2020, Algérie Part avait publié un article dans lequel il lance cette lancinante interrogation : Qui...

Exclusif. L’ombre de Fuat Tosyalı et de Selim Bora plane sur la crise algéro-française

Non, la crispation des relations algéro-françaises ces derniers jours ne s'explique pas uniquement par "les attaques médiatiques" de certaines...

Les scandales de corruption empêchent l’Algérie de présider une commission importante de l’ONU

Depuis le 21 janvier dernier, c'est l'Algérie qui avait été désignée pour présider les travaux de La Conférence du...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you