À la une

Exclusif. Les inquiétantes découvertes de la DCSA sur les pratiques troublantes de la DGSI et DGSE (DRS)

Un énorme dossier explosif est en cours de préparation depuis plusieurs mois par la direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA). Il s’agit d’un dossier qui compile les résultats des investigations entamées sur la direction générale de la sécurité Intérieure (DGSI) et direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), les deux principales branches des services secrets algériens. Ces investigations ont été entamées à l’époque du colonel Bob, l’ex-patron de la DCSA, qui avait instruit plusieurs enquêtes sur les hauts responsables de l’ex-DRS et leur implication dans de nombreux dossiers politiques à l’image de la “protection” qui était accordée aux membres du clan Said Bouteflika. 

 

Ces investigations ont duré plusieurs semaines, voire des mois et ils ont apporté leurs lots de surprises, a-t-on appris de sources sûres. Parmi les découvertes qui ont fait froid dans le dos, a-t-on appris au cours de nos investigations, nous retrouvons l’implication de plusieurs officiers du DRS dans le trafic d’armes en provenance de la Libye et en partance vers le Sahel. Ce trafic consiste à transporter des armes récupérés depuis la Libye par des agents des services algériens en “exfiltration”, envoyées en mission par le commandant de la Direction générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) et certaines quantités n’ont jamais été déclarées. Elles disparaissent mystérieusement où sont retrouvées dans des caches d’armes au sud du pays. Des caches d’armes régulièrement débusqués par les Soldats de l’ANP.

Pour camoufler ce trafic dangereux, les rapports de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et ceux de la de la sécurité extérieure (DGSE) accusaient à chaque fois des cellules terroristes dormantes. Comment le sud algérien peut-il abriter autant de groupes terroristes alors que les frontières étaient soigneusement verrouillées par les soldats de l’ANP ? Pourquoi ces groupes terroristes n’ont pas été rapidement neutralisées ? Et comment peuvent-ils cacher autant d’armes dans des cachettes au Sahara ? Les investigations de la DCSA ont conduit à des conclusions effrayantes. Ces caches d’armes ne sont que la facette d’un large trafic en devises qui permet de revendre des armes libyennes au Mali ou Niger. La DCSA n’a pas encore clôturé son enquête, soulignent nos sources. Et son nouveau patron, le général Nabil est en train de chapeauter les dernières retouches de ce dossier avant de le transmettre au haut commandement militaire de l’ANP.

Pour empêcher que la vérité éclate, des officines secrètes du DRS tentent de déstabiliser les enquêteurs de la DCSA en créant d’autres foyers de tension afin de détourner leurs attentions et ralentir ces enquêtes qui risquent de mener vers l’un des scandales sécuritaires les plus gros de l’histoire contemporaine de l’Algérie.

Commentez

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 + 18 =


Les plus populaires

AlgériepartPlus est un journal en ligne d’investigation et de décryptage. Il enquêtera sur les pouvoirs politiques, économiques, sociaux, culturels, sportifs de notre pays. Il fera de son mieux pour éclairer les enjeux de l’actualité algérienne et tentera de les expliquer de façon pédagogique. Notre ligne éditoriale est totalement indépendante par rapport aux autorités en place. Nous revendiquons entièrement notre engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité, la justice sociale et le respect des droits de l’homme et de la défense des libertés publiques.

Tags populaires

To Top